Depuis qu’elles ont pris connaissance du document relatif à la présence de PFAS en 2018 sur la base militaire de Chièvres, la Ville de Chièvres et le cabinet de la Ministre wallonne de l’Environnement travaillent en étroite collaboration pour lever les inquiétudes quant à une éventuelle pollution au PFAS – ces substances per-fluoro-alkylées persistantes représentant un danger pour l’environnement et susceptibles d’avoir un effet sur la santé en cas d’exposition/accumulation sur le long terme.

La ministre Tellier a informé la Ville de Chièvres et les communes voisines des résultats des analyses effectuées par l’ISSeP sur les puits autour de la base et qui alimentent le réseau de distribution. Sur base d’une première analyse, ces résultats sont rassurants: ils sont négatifs partout sur l’eau distribuée.

Un puits à l’arrêt en raison d’un débordement d’un ruisseau proche du puits a bien montré la présence de PFAS mais à des concentrations inférieures à la norme européenne des 100 ppt pour la qualité de l’eau de distribution. Ce puits est toujours à l’arrêt et des analyses de contrôle sont prévues avant le redémarrage ultérieur de celui-ci. La SWDE continuera à suivre les PFAS sur le réseau de Chièvres et environs.

Pour rappel, le programme de Biomonitoring général de la population wallonne analysera une série de molécules organiques dont une série de PFAS. Les analyses de ces molécules ont été envisagées dans la seconde phase de ce biomonitoring. Ces mesures n’ont pas encore commencé.