Comme on pouvait hélas le craindre, l'incendie d'origine accidentelle survenu mercredi dernier au sein de l'école communale bilingue de Bois-de-Lessines, a causé des dégâts matériels suffisamment importants que pour empêcher le retour en classe, dès ce lundi 17 mai, de la totalité des 364 élèves fréquentant l'établissement scolaire situé sur la place du village.

"La reprise des cours pour les enfants de la section maternelle ne sera malheureusement pas possible avant le mardi 25 mai, la veille étant le lundi de Pentecôte et donc un jour férié. Idem en ce qui concerne les élèves des deux premières années du réseau primaire", confirme Alain Bource, directeur de l'école sinistrée.

En raison du congé de l'Ascension, il faudra attendre lundi pour que l'entreprise spécialisée à laquelle ce dernier a fait appel, puisse commencer à entreprendre les opérations de nettoyage à l'intérieur du bâtiment ayant subi les dégâts des flammes mais aussi des eaux déversées en abondance par les nombreux pompiers intervenus pour les éteindre.

Pour rappel, c'est dans la nouvelle aile construite voici quelques années à l'arrière du bâtiment principal que le feu s'est déclaré. Par chance, la sonnerie de la récréation avait retenti quelques minutes plus tôt et la plupart de ses occupants, élèves et professeurs, se trouvaient déjà rassemblés dans la cour extérieure.

"Les membres du corps enseignant ont vraiment fait preuve d'un sang-froid qui mérite d'être salué. En moins de cinq minutes, ils sont parvenus à procéder à l'évacuation de l'ensemble des élèves et à les mettre en sûreté sur la plaine de jeux située juste en face de l'école", se félicite le directeur de l'implantation favorisant l'apprentissage du néerlandais dès le plus jeune âge. Pour l'anecdote, celle-ci avait reçu la visite de quelques Diables Rouges juste avant qu'ils ne s'envolent pour disputer la dernière coupe du monde en Russie. 

Et notre interlocuteur d'ajouter qu'avant que les enfants puissent réintégrer leurs locaux, il sera également nécessaire de sécuriser les lieux après la descente d'un expert envoyé par la compagnie d'assurance et de prendre d'autres mesures conservatoires, notamment au niveau de la toiture abîmée qu'il faudra refermer correctement pour empêcher de nouvelles infiltrations d'eau en cas de pluie. A l'heure actuelle, une bache recouvre à titre temporaire la partie du toit impactée.

Si le sous-sol où se trouvent le réfectoire, les cuisines et la salle de gym a été totalement épargné, ce n'est pas le cas du rez-de-chaussée où l'eau nécessaire à l'extinction du feu s'est accumulée, et encore moins sous les combles au 1er étage où les dégâts occasionnés par l'incendie sont les plus conséquents. "Une classe en particulier a été directement atteinte par les flammes. Les autres classes ont surtout souffert de la suie et des fumées", précise encore le directeur de l'établissement.