A une très large majorité, les riverains sondés ont voté pour que cette voirie communale soit limitée à la circulation locale

Une toute petite partie de la population brugelettoise est retournée voter, dimanche, afin de se se prononcer pour ou contre la fermeture du Grand Chemin à la circulation autre que locale.

Cette mini consultation populaire a été organisée par le collège suite au ras-le-bol des riverains de cette voirie communale par ou transitent de nombreux automobilistes se rendant au parc Pairi Daiza en suivant leur GPS.

Débouchant sur la rue de l’Abbaye, à l’entrée du parc, cette route de campagne étroite et sinueuse constitue également un raccourci pour les conducteurs qui rejoignent la N56 Ath - Mons par le contournement sud du domaine animalier de Cambron-Casteau (route les Wespellières).

Excédés par le trafic des voitures durant la haute saison touristique du parc, les riverains ont fait circuler une pétition à laquelle les autorités locales ne sont pas restées indifférentes.

Informés via un toutes-boîtes, 161 riverains répartis dans une zone géographique englobant le Grand Chemin, la rue de Bolignies, le chemin du Pire et l’avenue de Gages, ont été invités à participer à ce sondage. Au total, 91 votants ont fait le déplacement jusqu’à la maison communale.

L’échevin des Travaux et de la Mobilité, Didier Strebelle, vient de nous communiquer les résultats. A l’issue du dépouillement des bulletins de vote, la proposition de fermer le Grand Chemin a recueilli 81,3% des suffrages.

B.D