Le reportage de nos confrères de la RTBF dénonçant des passe-droits pour la vaccination Covid-19 sur le site du Ceva des enseignants du réseau communal continue à faire couler beaucoup d'encre bien au-delà des frontières de la capitale du Pays Vert. C'est au tour de l'opposition athoise de s’indigner quant à la prise de décision du bourgmestre de privilégier, selon elle, certains groupes non prioritaires. Nul doute que la polémique autour de cette question s'invitera au conseil communal de mercredi prochain et que la cheffe de file de la Liste Athoise en profitera pour demander des comptes au premier citoyen de la cité des Géants. 

Dans un communiqué, Pascale Nouls rappelle que la stratégie de vaccination était bien claire et que les règles étaient bien établies selon la circulaire de vaccination transmise par la Région Wallonne dès novembre 2020 à tous les bourgmestres du territoire concerné.

"Dès le 1er mars, un mail émanant du directeur général de la Ville a été adressé à tous les utilisateurs de celle-ci et aux directions des écoles communales pour privilégier la vaccination du personnel communal en première ligne par le biais de doses excédentaires au sein d’Epicura sous appel expres alors que l’ensemble du personnel soignant hospitalier n’avait pas encore pu bénéficier de la vaccination. Si cette initiative visant à éviter le gaspillage des doses excédentaires peut paraître louable, il faut néanmoins attirer l’attention qu’elle sort du cadre légal établi par la ministre", constate le docteur Nouls. 

Et cette dernière de préciser que lors de l'ouverture du centre de vaccination du Ceva le 16 mars dernier, la campagne débutait uniquement par la vaccination des ainés de plus de 65 ans dans le cadre de la phase 1B qui concerne, en outre, les personnes avec une fonction critique d’intervention (policiers, ambulanciers, pompiers et armée) ainsi que les patients à risque de moins de 65 ans présentant des facteurs de comorbidité (diabète, maladie pulmonaire, cancer, insuffisance rénale,…). 

"On apprend néanmoins que la vaccination du personnel communal s'est poursuivi au travers de rendez-vous programmés à l’avance - il ne s’agit donc plus de doses excédentaires de dernière minute - pour finalement arriver à une plage de vaccination programmée en date du samedi 20 mars pour le personnel communal dont les enseignants communaux. Si le médecin coordinateur du centre de vaccination avait bien donné son aval quant à l’autorisation de vacciner en plus tous les participants actifs du centre (soignants et administratifs), il fut bien étonné d’apprendre qu’on avait ajouté une liste d’enseignants communaux. Le docteur Van Coppenolle n’a pas tardé à rectifier le tir en supprimant derechef les inscriptions prévues pour le samedi suivant afin de respecter l’ordre des priorités de la circulaire", se réjouit Pascale Nouls. 

En revanche, notre interlocutrice déplore que le bourgmestre continue à défendre les inscriptions du personnel administratif en prétextant que le centre de vaccination ne disposait pas de liste de priorité médicale alors que cette liste était bel et bien active d'après la porte-parole du groupe LLA. "Pour preuve, le témoignage d’un patient inscrit sur cette liste médicale déjà depuis trois semaines, toujours prêt à être appelé à tout moment en cas de dose excédentaire. En plus, chaque généraliste qui travaille dans le centre connaît dans sa patientèle des cas malheureux qui attendent le vaccin."

Mercredi dernier, Pascale Nouls indique qu'elle assurait la permanence médicale. "Il s’est avéré que trois doses excédentaires restaient disponibles en fin de journée. Avec l’aide du médecin généraliste, la liste de l’AVIQ et le pharmacien, nous avons appelé trois ainés qui étaient tout heureux de pouvoir bénéficier de ce précieux vaccin en vue de pouvoir revivre une vie normale, revoir leurs enfants et leurs petits-enfants." Et l'intéressée d’ajouter «On peut regretter que les enseignants ne soient pas repris actuellement comme un groupe à risque malgré les nombreux contacts avec le virus mais la circulaire ministérielle est claire et personne ne peut y déroger. Je ne peux que féliciter tous les participants (soignants, administratifs, bénévoles) et le docteur Van Coppenolle quant au bon déroulement de la vaccination du CEVA", conclut-elle.