Voici quelques jours, une habitante de l'entité de Chièvres a eu la désagréable surprise de recevoir sur la boîte à messages de son ordinateur une convocation censée provenir de la police judiciaire de Paris pour des faits portant sur la pédopornographie. L'auteur de ce courrier électronique pour le moins suspect a sollicité une réponse par mail mais la victime a senti l'anarque et a eu le bon réflexe de ne pas donner suite. Dans le cas contraire, tout porte à croire que l'échange aurait débouché sur une demande d'argent en vue de classer le dossier. 

La police locale de la cité des Aviateurs et celle de la zone Sylle et Dendre (PLP) tiennent à rappeler quelques conseils pour se protéger contre la cybercriminalité et les escroqueries informatiques. Si vous recevez un email litigieux comme celui dont nous venons de parler, il est impératif de marquer celui-ci comme spam ou indésirable avant de le transférer à l'adresse suivante (suspect@safeonweb.be) pour qu'il soit analysé à l'aide des différents outils qui permettent de reconnaître et de bloquer les liens ou les pièces jointes dangereuses. Après confirmation des services de police, vous n'aurez plus qu'à le supprimer. 

Si par contre, vous avez réagi à l’email litigieux, il vous faudra procéder à un scan antivirus en ligne de tous les appareils liés à votre réseau (gratuit), modifier ensuite tous les mots de passe de tous vos comptes, transférer l’email litigieux à suspect@safeonweb.be tout en couvrant la webcam à l’aide d’une protection. La police insiste encore sur l'importance de ne jamais envoyer et/ou accepter de l’argent par mandat cash. N'hésitez pas le cas échéant à vous faie aider par quelqu’un qui s’y connaît dans le domaine informatique.