Les “bong” et les cris de “choleeeette”, typiques du crossage à l’tonne, ne résonneront pas cette année dans la cité des Aviateurs. La faute à ce maudit virus qui empêchera encore dans les mois à venir le déroulement d'un grand nombre de manifestations populaires et rassembleuses dont celle-ci.

Compte tenu des circonstances, la ville de Chièvres doit renoncer à maintenir ses traditionnelles festivités - du moins sous leur forme habituelle - lesquelles constituent le temps fort de son calendrier. Pour les organisateurs, il n’y a rien de plus important que la santé des 1700 crosseurs et des amateurs de folklore qui prennent part chaque année, le jour du mercredi des Cendres, à ces joutes ancestrales qui s'apparentent un peu à un golf de rue.

"Organiser un tel évènement dans des conditions de sécurité optimales sur le plan sanitaire est, hélas, difficilement compatible avec la nature de cette activité. C’est pourquoi l’édition 2021 du crossage ne pourra avoir lieu mais tout n’est pas perdu pour autant ! La crise du Covid-19 n'empêchera pas l’esprit du folklore chiévrois d'être bel et bien présent !", assure l'équipe de l'Office du Tourisme.

Celle-ci est à pied d’œuvre depuis déjà un certain temps pour la mise en route de différentes initiatives qui verront prochainement le jour sur la toile. Du 13 au 19 février, les habitants de l'entité seront invités à fleurir Facebook de leur folklore, de même que les personnes extérieures ayant pris l'habitude par le passé d'y participer et de l'apprécier. "Chaque jour, nous mettrons en ligne des publications dédiées au crossage et invitons les amoureux de celui-ci à faire de même en publiant leurs photos et vidéos souvenirs des éditions précédentes avec le hashtag #CrossageAutrement", annoncent les organisateurs.

Chacun pourra ainsi se (re)plonger, par écrans interposés, dans l’ambiance du folklore local. L’Office du Tourisme se lancera aussi dans la création de capsules vidéo. Celles-ci permettront notamment de découvrir quelques diaporamas photos retraçant plus 40 ans de folklore dans la cité des comtes d'Egmont mais également le témoignage des lauréats des soumonces du crossage de l'an dernier. Le prince, le roi et la Miss Cholette ainsi que des membres du comité “Les Amis du Crossage” se sont prêtés au jeu de l’interview. 

Et pour les passionnés avides d’en apprendre davantage sur l’histoire du crossage, le spécialiste du patrimoine chiévrois, Emilie Nisolle, se penchera au travers d'un article sur les origines de ce rendez-vous sportif et folklorique dont les premières traces remontent au 13e siècle. De traditions, il en sera également question avec le traiteur maison Paul Gennart.

Ce dernier revisitera le plat traditionnel du crossage, à base de harengs et de chicons. Tel un as des fourneaux, les Chiévrois pourront réaliser sa recette, étape par étape. L’occasion de partager un moment convivial et gourmand avec sa bulle. Alors, qui a dit qu’il n’y aurait pas de crossage cette année ?