En raison de la crise sanitaire, jamais autant de jeunes n'ont éprouvé des difficultés d'apprentissage dans le cadre de leur parcours scolaire. Afin justemement de lutter contre le décrochage scolaire mais aussi social, la fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a décidé de mettre sur pied une opération baptisée Plaisir d'apprendre. Celle-ci s'adresse aux élèves à partir de la 6ème primaire jusqu'à la 5ème secondaire. 

Après avoir répondu à cet appel à projet lancé par la FWB, la commune de Chièvres vient de se voir octroyer un subside de 4750€ pour accompagner 38 jeunes ayant besoin de réviser certaines matières et de nouer des contacts sociaux avant de retourner sur les bancs de l'école en septembre prochain. 

"Concrètement, des étudiants fréquentant la Haute Ecole (HELHA) avec laquelle nous avons noué d'excellentes relations vont venir dispenser des cours ici à Chièvres à ceux qui ont besoin de quelques bonnes séances de rattrapage ou qui désirent tout simplement se remettre à niveau avant la rentrée scolaire. Ces jeunes qui enseigneront à d'autres jeunes le français, les mathématiques, les sciences ou encore les langues seront rémunérés seront par la commune via un contrat d'étudiant", précise Zoé Delhaye, échevine de l'Enseignement. 

Histoire de permettre à un maximum d'élèves de profiter de cette semaine de remédiation qui se déroulera à la maison de village du 23 au 27 août prochain, la ville de Chièvres a décidé d'étendre géographiquement le projet en s'associant à la commune voisine de Brugelette qui a répondu favorablement à la proposition et qui recevra pour sa part une aide financière de 2250€ de la fédération Wallonie-Bruxelles. 

"Au total, 56 élèves provenant des entités de Chièvres (38) et de Brugelette (18) participeront à cette semaine de remédiation. A l'occasion de ces journées assez diversifiées, les cours de rattrapage ou de perfectionnement débuteront à 8h30 avant la pause de midi pour s'achever à 14h30, heure à laquelle le service jeunesse de la ville et d'autres partenaires organiseront jusqu'à 16h des activités sportives et culturelles. Une participation de 10€ sera demandée à chaque étudiant", précise encore l'échevine de l'Enseignement qui se réjouit de voir aboutir dans sa ville un projet à la fois supracommunal et win-win.