A l'occcasion du conseil communal qui s'est tenu en distanciel pour des raisons sanitaires, l'opposition chiévroise (PS) aurait souhaité que l'on puisse inscrire à l'ordre du jour un point supplémentaire relatif au projet Boucle du Hainaut. Le groupe socialiste avait rédigé une motion similaire à celle que les mandataires de la capitale du Pays Vert viennent d'adopter à l'unanimité et qui demande elle aussi l'abandon du projet de ligne à haute tension en attendant les conclusions des différentes études sur les effets potentiellement néfastes des champs électromagnétiques sur la santé humaine et animale ainsi que sur la biodiversité.

La proposition d'ajout en dernière minute de cette motion s'est finalement heurtée au refus des représentants de la majorité MR-Ecolo dans la mesure où ces derniers n'ont pas pu prende connaissance du contenu de celle-ci préalablement à la réunion du conseil programmée par écrans interposés. Bien que sa demande soit tardive et contraire au code de la démocratie locale, Olivier Hartiel pensait néanmoins que le collège lui permettrait de soumettre au vote cette motion compte-tenu de l'importance de ce dossier pour la cité des Aviateurs qui figure parmi les communes de Wallonie Picarde repris sur le tracé choisi par Elia pour mettre en service cette nouvelle autoroute électrique à l'horizon 2030.

"Sur la forme, il est difficilement concevable d'examiner un point tel que celui-là et de l’approuver sur base d'un document qui ne nous a pas été communiqué dans les délais impartis par le code de la démocratie locale. Je pense que c’est une question de bon sens. Sur le fond ensuite, les trois groupes siégeant au conseil communal se sont déjà largement exprimés sur ce sujet en formulant un avis négatif contre le projet Elia tel que présenté à l'heure actuelle", a fait savoir le bourgmestre Claudy Demarez (MR). 

L'échevin Didier Lebailly (Ecolo) a tenu le même discours: "Je me vois mal marquer mon accord sur une motion que je n'ai pas eu le temps de parcourir. Comme l'a très bien dit le bourgmestre, nous nous sommes déjà concertés précédemment pour accoucher d'un texte commun", rappelle à son tour le porte-parole des Verts. 

Le maïeur a proposé à Olivier Hartiel d'envoyer sa motion selon la procédure en vigueur en l'assurant que celle-ci figurerait à l'ordre du jour de la prochaine séance du conseil fixée au 28 avril. Au passage, il en a profité pour indiquer que la décision de dire oui ou non sur la demande de révision du plan de secteur est désormais du ressort de-u gouvernement wallon qui dispose d'un délai de 90 jours pour prendre position. "Celui-ci expire ce 6 avril mais il est d'ores et déjà acquis que le ministre Willy Borsus en charge du dossier Elia s'accordera un délai supplémentaire de 60 jours comme la procédure le lui permet", indique de source bien informée Claudy Demarez.   

Le PS invoquait justement la possibilité que la décision du ministre puisse tomber d'un jour à l'autre pour justifier sa démarche: "Notre groupe est consterné par le refus de la majorité MR-Ecolo alors qu'un tel dossier méritait une attention toute particulière et ne peut admettre une telle attitude de la part de l'exécutif communal ni du bourgmestre qui semble jouer cavalier seul dans ces réactions lors des rencontres du collectif citoyen opposé à la Boucle du Hainaut", dixit Olivier Hartiel dans un communiqué.