Le chef de la police de Geraardsbergen – Lierde clarifie les choses sur les déplacements alimentaires entre les deux villes bordant la frontière linguistique 

De nombreux Lessinois n’ont pas attendu la crise sanitaire du Coronavirus pour aller faire leurs courses au magasin Colruyt situé juste de l’autre côté de la frontière linguistique, sur le territoire de Grammont. Il faut dire qu’à peine un kilomètre sépare le village de Deux-Acren de cette enseigne réputée pour ses prix compétitifs mais qui n’est pas présente dans la cité de Magritte.

Selon des informations rapportées dans un quotidien néerlandophone et relayées sur les réseaux sociaux, les clients lessinois et plus largement wallons faisant du shopping dans la région de Grammont en cette période de confinement s’exposeraient à une amende de 250€! Plusieurs d’entre-eux en auraient fait les frais et auraient reçu un P-V de la police de Geraardsbergen – Lierde.

Les verbalisants auraient invoqué un afflux beaucoup trop important de personnes au Colruyt d’Overboelare tout en argumentant sur le fait que de tels trajets ne se justifiaient pas dans la mesure où l’offre en matière de grandes surfaces est largement suffisante sur Lessines.

Scandalisé, le bourgmestre Pascal De Handschutter a aussitôt réagi sur sa page Facebook, avant de contacter son homologue grammontois pour obtenir des clarifications sur les mesures appliquées par la police de Grammont en ce qui concerne les déplacements à des fins purement alimentaires. Il en a résulté un dialogue constructif associant le chef de la police grammontoise.

« Aucune amende ne sera infligée par la police aux personnes qui effectuent leurs courses dans des établissements commerciaux situés à une distance raisonnable de leur lieu de résidence. Il s’agit des déplacements essentiels autorisés par les instances régionales fédérales », indique Juergen De Landsheer. Et le chef de corps de la zone de police de Geraardsbergen - Lierde de préciser que ces mesures visent à sensibiliser les gens à la nécessité de réfléchir à leurs déplacements. « La police comme le citoyen doit faire preuve de bon sens à cet égard et dans l’intérêt de la santé publique », conclut-il.

Autrement dit, les courses restent permises tant pour les Lessinois que pour les Grammontois et ce, dans une ville comme dans l’autre ainsi que dans leurs villages respectifs. 

B.D