Les points d’apport volontaire (PAV) se multiplient en Wallonie picarde. Il s’agit de conteneurs enterrés placés dans l’espace public, destinés à recevoir les verres d’emballage, les déchets organiques de cuisine, les déchets ménagers résiduels ou encore les PMC. Accessibles 7 jours sur 7, de 6h à 22, ils sont tous implantés dans des lieux stratégiques, de façon à ce que l’on puisse s’y arrêter sur le chemin des courses, du travail ou des loisirs. Gratuits et ayant une capacité de tout de même 30 litres, les points d’apport volontaire encouragent d’autant plus, la population à trier ses déchets organiques.

Du côté de la Ville d’Enghien, des PAV sont installés du côté du Nautisport ou encore à la rue Nuit et Jour. Les habitants ne peuvent plus supporter les odeurs nauséabondes qui s’en dégagent. “Une fois qu’il y a 20 degrés, les odeurs sont insupportables jusqu’à ne pas pouvoir ouvrir les fenêtres. C'est partout pareil à Enghien”, explique Corine, une riveraine. Elle n’est d’ailleurs pas la seule à s’en plaindre. “Je suis passée devant, c’est horrible. Qu’est-ce que cela va être en plein été ?”, déclare une autre habitante."Je passe de temps en temps dans cette rue et selon le vent les odeurs sont plus ou moins fortes ! C’est insupportable. Quelle idée d’infliger cela à des habitants".

Ceux situés dans ces rues ne sont pas les seuls à gêner les riverains. Des odeurs désagréables semblent être également constatées au niveau de l’Avenue du Champ d’Enghien. “Des sacs de détritus y sont déposés devant. L’odeur reste tout aussi grandiose…” Cependant, d’après Ipalle : ces conteneurs sont mieux intégrés dans le paysage et ne permettent pas de dissimuler les dépôts sauvages de déchets. Pour rappel, l’accès aux recyparcs est mis à disposition des citoyens gratuitement, tandis qu’abandonner ses déchets dans la nature ou sur la voie publique est passible d’amendes. Les alentours des conteneurs enterrés sont nettoyés fréquemment, ce qui leur garantit d’être toujours propres et agréables à utiliser. En cas d’utilisation inappropriée récurrente, les sites font l’objet d’une surveillance accrue.

Interrogée sur cette problématique, l’intercommunale Ipalle n’est à ce jour, pas au courant du problème que rencontrent les habitants de la commune d’Enghien. “Avec plus de 400 PAV en Wallonie picarde, nous ne rencontrons jamais de soucis systématiques. L’année dernière, lors de fortes chaleurs, nous avons dû par ailleurs, intervenir sur deux sites de manière ponctuelle à cause de mauvaises odeurs”.

“Vidés une fois par semaine, les points d’apport volontaire ne devraient rien sentir”, poursuit l’intercommunale. Entretenant une bonne collaboration avec la ville d’Enghien, Ipalle va rapidement l’interpeller afin de venir à bout de ce problème ainsi que vérifier les PAV. “Si des odeurs malodorantes sont identifiées sur des sites différents, c’est tout de même interpellant”, conclut l’intercommunale Ipalle. “Il s’agit peut-être d’un dysfonctionnement”.