Les demi-finalistes de Top Women sont à Ath pour préparer un défilé hors normes.

Quelques heures avant le coup d’envoi de Miss Belgique, d’autres femmes physiquement moins "formatées" se retrouveront ce samedi au quai de l’Entrepôt, à Ath, pour préparer un défilé hors normes.

Blondes ou brunes, minces ou plus enveloppées, petites ou grandes, jeunes ou moins jeunes, celles-ci entendent dénoncer les diktats de la beauté et le culte de la perfection tout en démontrant que la beauté n’est pas qu’une question de standards mais bien de diversité.

Baptisé Top Women et parrainé par le célèbre relookeur David Jeanmotte, cet événement est né voici six ans à l’initiative de Nathalie De Reuck, ex-journaliste ayant travaillé dans le monde du mannequinat durant sa jeunesse.

"À l’époque, les normes imposées étaient déjà importantes. À la suite de l’avènement des réseaux sociaux et de Photoshop, c’est encore bien pire", déplore l’organisatrice.

C’est aussi le plus important compte tenu du nombre de prétendantes. En septembre dernier, elles étaient 1 300 inscrites pour le casting de l’édition 2020. Après sélection, il n’en reste plus que 110 pour la demi-finale programmée le 15 février prochain, à Ath, toujours au quai de l’Entrepôt.

"L’objectif de Top Women est de permettre aux participantes d’apprendre à s’aimer et à s’accepter telles qu’elles sont en se libérant de leurs complexes et du regard des autres. Au travers de ce défilé, nous voulons montrer que toutes les femmes sont belles indépendamment des critères de morphologie, de poids, de taille, de carrure ou encore de style. Bref, de tous ces clichés et stéréotypes qui sont très loin de la réalité", poursuit Nathalie De Reuck.

Ateliers et coaching

Elle ajoute que Top Women valorise autant la beauté intérieure qu’extérieure, voire davantage. Tout au long de l’aventure, les participantes suivent des ateliers, des formations et séances de coaching. Autant de rendez-vous pour conquérir la confiance et l’estime de soi qui permettent de faire ressortir une beauté souvent insoupçonnée.

"Le jury tient compte du parcours de chacune mais aussi de ses valeurs et de son évolution personnelle. Même s’il y a un podium, là n’est pas le plus important", conclut l’organisatrice.