Lors du premier déconfinement et de la reprise des marchés hebdomadaires, la ville d’Enghien via son Agence de développement local (ADL), avait proposé une nouvelle disposition des commerçants ambulants en les répartissant notamment par métier. Alors que tout le monde espère que la crise sanitaire ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir grâce aux effets de la campagne de vaccination, les membres du collège communal ont eu l’idée, cette-fois, de créer au sein même du marché un espace rassemblant les producteurs locaux.

"Lors de l’évaluation d’un nouvel agencement du marché du mercredi, l’ADL et moi avons rencontré un panel de quelques commerçants ambulants fidèles et expérimentés. Ces derniers insistaient sur le fait d’avoir une place bien définie, toujours au même endroit, mais également d'être dispersés au sein du marché contrairement par exemple à la manière dont les produits sont disposés dans les rayons des grandes surfaces", explique Francis De Hertog, échevin du Commerce (En Mouvement). 

Partant de ce constat et afin de répondre aux attentes des vendeurs interrogés, les autorités locales ont donc pris l’option d’identifier les producteurs locaux présents chaque mercredi autour de l'église Saint-Nicolas et du côté du petit parc. "Pour le moment, une liste de six commerçants a été identifiée et hier, à l'occasion du marché, nous sommes allés leur remettre le courrier ainsi qu'une affichette en format A4 qui renforcera leur visibilité", poursuit Francis De Hertog. Parmi eux figurent un marchand de fruits et légumes, un boucher, un marchand de fromages artisanaux, un producteur de légumes, sans oublier la coopérative Coprosain et la ferme du Tambourin.  

Cette action s'inscrit dans le cadre de la campagne "Je mange lokaal" suite à un appel à projet de la Région Wallonne auquel a répondu l'ADL en collaboration avec l'échevine Dominique Eggermont (Ecolo). Ce projet a permis, entre-autres, l’engagement à mi-temps d’une maraîchère sociale. "Nous prenons aussi la décision de décliner le slogan J’achète Lokaal qui se retrouvait sur des sacs réutilisables afin de souligner notre volonté d’encourager la consommation et la production locale et d’affirmer notre caractère linguistique spécial de commune à facilité (français-néerlandais) en soulignant aussi notre volonté d’être une ville accueillante", ajoute encore l'échevin du Commerce.