Le moins que l'on puisse dire, c'est que les Enghiennois(e)s sont attaché(e)s au patrimoine de leur ville et qu'ils se mobilisent lorsque celui-ci est mis en péril. Ces derniers viennent d'obtenir une première victoire par le biais du cercle royal archéologique local qui a sollicité auprès de la Région Wallonne que la rue des Augustins - située dans la partie la plus ancienne de la cité d'Arenberg - puisse figurer à l'avenir sur sa liste de sauvegarde. 

Il n'a pas fallu longtemps pour que le président du CRAE, Marc Vanderstichelen, reçoive une réponse de l'Agence wallonne du patrimoine à qui il a récemment adressé un courrier demandant le classement de cette rue chargée d'une très longue histoire et où subsistent des éléments architectaux de très grande valeur dont certains sont d'ailleurs déjà inscrits comme faisant partie du patrimoine majeur de Wallonie. 

"La cheffe de cabinet de la ministre Valérie De Bue, en charge du patrimoine, m'informe que le dossier est recevable. Il s'agit d'une première étape et d'une excellente nouvelle pour la suite de la procédure", se réjouit le président du cercle royal archéologique enghiennois. 

Cette demande de classement initiée par le CRAE n'intervient pas par hasard mais au momet où un promoteur immobilier projette de construire dans la rue des Augustins une maison de repos composée de 82 logements répartis entre des appartements et des studios. La demande de permis de bâtir n'a pas encore été introduite mais cela ne saurait tarder. 

"L'avant-projet tel que nous l'avons découvert sur les plans est surdimensionné et risque de dénaturer le caractère exceptionnel de la rue des Augustins. Le CRAE n'est pas contre l'avènement à cet endroit d'une maison de retraite de type résidence-services qui répond à une demande et dont les retombées économiques peuvent être intéressantes pour la Ville mais ses membres s'opposent à un projet de cette taille. Voilà pourquoi nous souhaitons nous donner le temps de discuter avec cet investisseur privé pour une intégration idéale de son projet dans cette rue. En inscrivant celle-ci sur la liste de sauvegarde, nous garantissons un projet respectueux de son caractère patrimonial et à terme le maintien d'une harmonie urbanistique", rappelle Marc Vanderstichen. 

Rappelons que la société dont notre interlocuteur préside aux destinées et qui compte 330 membres a lancé voici une bonne quinzaine de jours une pétition en ligne afin que tout soit mis en oeuvre pour sauvegarder le patrimoine exceptionnel de la rue des Augustins qui abrite un nombre important de bâtiments du 18ème siècle dont le couvent des clarisses avec son proche et sa façade remarquables tout comme celle de l'église des Augustins. A ce jour, celle-ci a dépassé la barre des 1100 signatures, preuve que les habitants sont soucieux de la préservation des derniers témoins du glorieux passé de leur ville. 

"D'ici la fin de la semaine, nous allons clôturer cette pétition qui a mobilisé énormément de monde. Que ce soit pour un classement total ou partiel de la rue des Augustins, il se dégage une relative unanimité tant au niveau de la population que des autorités communales", se félicite le président du CRAE. 

Ce dossier ainsi que celui du devenir de la chapelle des Augustins, dont l'état de délabrement justifie de la restaurer sans tarder, vont à présent être instruits au sein des services du patrimoine à Mons.