Ces dernières semaines, nombreux sont les promeneurs à s'inquiéter de la quantité d’eau observée en divers endroits du parc communal mais aussi du débordement du grand canal et plus globalement de la gestion du système hydraulique au cœur du domaine d'Arenberg et de la Dodane. Suite aux observations et critiques relayées par certains Enghiennois sur les réseaux sociaux, les autorités communales ont jugé opportun d'apporter des précisions sur la gestion des ouvrages hydrauliques du parc tout en faisant le point sur les travaux en cours et à venir. 

La Ville insiste d'abord sur le fait que les phénomènes climatiques de plus en plus extrêmes causent tantôt des périodes de sécheresse, tantôt des crues susceptibles d'engendrer des inondations à certains endroits. Les ouvrages hydrauliques présents dans le parc sont multiples. Certains peuvent être observés facilement et d’autres moins.

Dans le cadre du projet de restauration des berges de l’étang du Miroir, dont une partie s'est récemment effondrée suite aux intempéries de ce début d'année, "les quatre ouvrages principaux ont fait l'objet d'investigations", indique Dominique Eggermont (Ecolo). Et l'échevine du parc de préciser que des sondages ont été effectués au niveau du passage entre l’étang des Canards et celui du Miroir. "Une obstruction de l’ouvrage au milieu de la digue témoigne probablement d’un effondrement. Un nouveau passage devra être mis en place lors des travaux de l’étang", ajoute-t-elle. 

L’ouvrage le long de la berge située du côté de la taverne de la Halte du miroir a lui aussi été inspecté. Un nettoyage a été réalisé, permettant à l’écoulement des eaux de se faire sans problème. Par ailleurs, les explorations ont montré que le trop-plein de l’étang du Miroir entraînait les eaux vers une chambre de visite. Il s’est avéré que cette chambre était trop étroite pour permettre une inspection complète du pertuis d’évacuation des eaux vers les Écuries. Ce pertuis est partiellement envasé mais n’est toutefois pas obstrué. Lors de la réfection des berges du miroir, la chambre de visite devra être remplacée par un ouvrage de taille plus adaptée.

En ce qui concerne l’écoulement des eaux le long du souterrain jusqu’à l’étang du Moulin, il ressort que celui-ci ne pose aucun problème et s'effectue là encore normalement. Une opération de curage a été mise à profit pour ôter quelques racines ont été ôtées mais globalement, la Ville souligne que les ouvrages sont en bon état.

"Le mur et la digue du grand canal seront restaurés suite à l’effondrement du mur à l’occasion des travaux de curage de la partie située en aval et pour lesquels un auteur de projet a été désigné. Ces travaux comprendront également la restauration de l’ouvrage de vidange du grand canal", explique Dominique Eggermont. 

Un autre chantier important concernera le curage de la Dodane dont l'alimentation en eau est étroitement liée à l’étang du Moulin. L’auteur de projet, qui est encore à désigner, aura pour mission de procéder au curage de la Dodane, à la mise en état de la grille ainsi qu’à la remise en état des différents ouvrages hydrauliques. Au terme de ces travaux de restauration, l’objectif est de pouvoir réguler les niveaux d’eau et d’utiliser les plans d’eau du parc comme réservoir tampon - en cas de fortes pluies afin d'éviter les inondations en aval - mais aussi comme réserve d’eau durant les périodes de sécheresse. 

Du côté des amoureux du parc attristés de le voir actuellement dans cet état, certains regrettent que la Ville ne communique aucun timing des travaux annoncés et qu'elle n'évoque pas non plus les interactions avec le golf.