Inaugurée ce matin par le ministre de la Justice, cette infrastructure carcérale d'un nouveau genre accueillera des détenus en fin de peine en vue de faciliter leur réinsertion dans la société

Le ministre de la Justice, Koen Geens, est venu inaugurer, ce mardi matin, la toute première maison de transition de Wallonie à Marcq (Enghien). S’inspirant d’un nouveau modèle carcéral ayant fait ses preuves aux Pays-Bas depuis plusieurs décennies, ce projet-pilote vise à faciliter la réinsertion dans la société de détenus en fin de peine de manière plus optimale que la libération conditionnelle ou le bracelet électronique.

Voici quelques mois, une première infrastructure de ce type a vu le jour en Flandre et plus exactement à Malines où les premiers retours sont très positifs. Situé le long de la chaussée d’Ath, la maison de transition enghiennoise a été conçue comme un espace de vie qui pourra accueillir un maxiùum de quinze détenus remplissant les conditions nécessaires.

Les premiers participants l’occuperont d’ici peu et proviendront de la prison de Leuze avec lequel la MDT collaborera étroitement. Ces derniers seront encadrés par une dizaine de professionnels de la société privée G4S Care, parmi lesquels des psychologues et des criminologues. Bien que les détenus soient des profils à faible risque de récidive, ceux-ci feront l'objet d'un suivi permanent (24h sur 24) tandis que la sécurité des lieux sera assurée via un système de contrôle d’accès et de caméras de surveillance.

B.D