Le 13 mars 2020 marquait le début de la lutte contre la pandémie de Covid 19. Alors qu’un confinement strict était décrété, l'Horeca devait cesser ses activités dès le 14 mars et les commerces qualifiés de non-essentiels fermaient leurs portes dans la foulée. Un an plus tard, des perspectives se dessinent enfin pour ce secteur que la ville d’Enghien s’engage à soutenir à nouveau.

L’an dernier, on se souviendra que le collège communal avait autorisé les établissements du secteur Horeca à utiliser gratuitement l’espace public pour y installer des terrasses éphémères ou augmenter les surfaces dédiées à l’accueil de la clientèle.

Après avoir organisé plusieurs réunions de concertation avec les commerçants concernés et constatés qu’il n’y avait pas d’unité de vue entre eux, l'équipe scabinale a tranché en décidant de renouveler cette expérience. Cette année encore, des espaces seront mis à disposition des cafetiers et restaurateurs de la cité d'Arenberg pour l’aménagement ou l’agrandissement de leurs terrasses.

"Afin d'aider les acteurs du secteur en question à prendre toutes les mesures nécessaires pour gérer le risque, une aide financière complémentaire aux aides régionales et fédérales sera accordée par la Ville aux commerces qui aménagent une terrasse sur l’espace public ou privé tel qu'un jardin ou une cour extérieure", précise le bourgmestre Olivier Saint-Amand (Ecolo).

Au niveau économique, ce dernier rappelle que l’Horeca a déjà payé un lourd tribut à cette crise sanitaire. En effet, sur les 14 derniers mois, le secteur aura été mis à l’arrêt durant 10 longs mois. Et les seules périodes de réouvertures auront été soumises à des règles très strictes.

"Les différentes aides mises en place par les différents niveaux de pouvoir ne remplaceront jamais l’activité réelle d’un commerce ni la passion qui anime les commerçants au service de leur clientèle", fait comprendre Olivier Saint-Amand tout en estimant que la prudence reste de mise car le coronavirus n'a pas dit son dernier mot. 

"La virulence du virus, sa contagion, ses mutations font que nous n’en sommes toujours pas débarrassés. Si la campagne de vaccination nous permet d’entrevoir le bout du tunnel, les mesures de précautions ne peuvent toutefois pas connaitre de relâche au risque de saturer à nouveau les hôpitaux et de sacrifier de nombreuses vies humaines", ajoute le maïeur. 

Le premier citoyen de la cité des Titjes est bien conscient que le manque de contacts sociaux pèse toutefois très lourd sur la population. Bien que nous n’atteignions pas encore une situation favorable en termes épidémiologiques, il se réjouit que le gouvernement fédéral annonce la possibilité de pouvoir rouvrir en extérieur les établissements Horeca à partir du 8 mai prochain.