Désaffectée dans les années 80, l'ancienne ligne de chemin de fer 123 reliant Enghien à Braine-le-Comte va connaître une seconde vie au travers de son inscription dans le réseau pré-Ravel. De quoi faire le bonheur des adeptes de la mobilité douce qui, on le sait, fait désormais partie des priorités absolues de la Région Wallonne.

"La SNCB est en train de mettre l'assiette de cette défunte liaison ferroviaire à la disposition du SPW qui, dans un second temps, signera une convention avec les trois communes associées (Enghien, Rebecq et Braine-le-Comte) pour que celles-ci gèrent elle-mêmes cette voie lente destinée aux marcheurs et aux cyclistes une fois qu'elle sera aménagée", indique le bougmestre de la cité d'Arenberg Olivier-Saint-Amand (Ecolo). 

Ce lundi 1er mars marquait justement le coup d'envoi des travaux préparatoires à la création du tronçon compris entre la chaussée Brunehault et la chaussée de Bruxelles. Le chantier qui vient de démarrer consiste à défricher et à débrouissailler la végétation qui a repris ses droits là où circulaient autrefois des trains. Le retrait de quelques arbres empêchant le cheminement des usagers sera également nécessaire. Il faudra attendre le mois de mai au plus tôt pour que soient entrepris les travaux de revêtement proprement dits. 

"En plus d'être un lieu de passage agréable pour ceux qui font du tourisme en marchant ou en pédalant, il s'agit d'un itinéraire utile pour les trajets quotidiens. Voici quelques années, un premier tronçon a été aménagé entre la gare et la chaussée Brunehault afin d'améliorer le confort des usagers du rail circulant à pied ou à vélo pour rejoindre la station ferroviaire", rappelle le bourgmestre.  

Et notre interlocuteur d'ajouter que les tronçons du pré-Ravel qui sont les plus proches de la station ferroviaire située sur la ligne 94 Tournai-Bruxelles sont très pratiques pour les habitants du village de Petit-Enghien qui sont nombreux à s'y rendre à pied ou à vélo. "Les travaux d'aménagement de la partie faisant la jonction jusqu'à la chaussée de Bruxelles seront mis à profit pour sécuriser cette dernière", précise encore Olivier-Saint-Amand. 

Signalons pour conclure que si la Ville finance ce chantier, elle bénéficie d'une subvention appréciable de la Région Wallonne dans le cadre de son plan d'investissement en faveur de la mobilité douce.