Depuis plus de trente ans, la supérette Au P'tit Boutique occupe la région de Saint-Sauveur. Les gérants, Sandrine et Fabrice proposent de nombreux jeux de hasard afin de satisfaire tous les adeptes. "C'est principalement M. et Mme Tout-le-Monde qui achètent des jeux de hasard et 40 % ne joueront jamais. Lors des grosses cagnottes pour les fêtes ou pour d'autres événements, les gens osent plus jouer", déclare Fabrice Vermeulen, gérant de la supérette.

Bien que les jeux existent depuis plusieurs années, ceux-ci ont beaucoup évolué. "Les ventes ont augmenté par rapport à avant et ce domaine a beaucoup évolué. Cela fait quelques années, que la Loterie Nationale a notamment mis en place des présentoirs. Cela permet d'exposer les différents billets à gratter et cela incite les gens à acheter. De plus, quand nous avons un gagnant, nous n'hésitons pas à afficher le billet ou le ticket. Cela fait rêver les gens. Ils veulent gagner et tenter leur chance, car ils ont besoin d'argent", ajoute Fabrice.

L'impact de la crise sanitaire

La pandémie du coronavirus a impacté nos vies et a engendré une crise économique préoccupante. Dans des conditions comme celles-là, les gens devraient, dans la logique, faire plus attention à leur portefeuille. Seulement, les jeux de hasard ne semblent pas être impactés par cette crise, bien au contraire. "Je n'ai pas l'impression que les gens achètent moins de jeux. Durant cette crise sanitaire, les gens préfèrent aller dans les petits commerces et vont chercher le nécessaire le jour même, plutôt que d'aller dans les grandes surfaces. Du coup, en venant ici, cela les incite à acheter d'autres choses comme des jeux de hasard. Les gens veulent gagner mais ils ne doivent pas tomber dans l'excès surtout, en ce moment. Il faut aider les gens qui partent sur une mauvaise pente. Cela doit rester un plaisir, le jeu reste du hasard. Pour moi, ce n'est pas un gouffre, je vois cela comme une porte d'entrée pour avoir de l'argent", précise le gérant de la supérette Au P'tit Boutique.

Durant le confinement, les gens se sont plus tournés vers Internet pour faire leurs achats. Il serait donc également évident que de nombreux adeptes aux jeux aient abandonné les commerces, en faveur des jeux en ligne. Néanmoins, encore une fois, Fabrice Vermeulen a toujours gardé sa clientèle, fidèle aux jeux de hasard, pendant la pandémie et il n'a vu aucun changement. "Je ne sais pas si les gens qui viennent ici, jouent aussi en ligne. Ils ne me le disent pas. Les gens ont toujours joué aux jeux de hasard même avec la COVID-19. Mais de toute manière, pour moi, jouer en ligne est différent. Il n'y a pas le même lien. C'est mieux d'avoir un contact avec une personne qu'avec une machine et c'est toujours chouette d'avoir la réaction des gens quand ils gagnent", conclut Fabrice Vermeulen.