Ce lundi après-midi, les associations Animaux en Péril et Lucky star se sont rendues à Flobecq pour constater la présence d’un dépôt d’animaux morts et de « résidus » d’abattage. C’est un riverain qui a fait cette macabre découverte et a ainsi donné l'alerte. Ces cadavres ont ainsi été retrouvés le long des berges d’un petit ruisseau, situées à la rue du Géron.

"Les cadavres de chèvres, de moutons, mais aussi d’un poney ont été placés à même le sol alors que des viscères, peaux et pattes étaient entassés dans des sacs poubelles. Les restes constatés laissent à penser que des morceaux ont été découpés pour être mangés. Le dépôt clandestin a probablement eu lieu dans la nuit du week-end. À ce stade, les circonstances qui ont poussé un individu à commettre un tel acte sont officiellement inconnues, mais il n’est pas difficile de comprendre qu’elles sont la conséquence d’un abattage clandestin et de maltraitance animale. Le dépôt de dépouilles « entières » est également probablement lié à une activité illicite. Il faut en effet être "référencé" pour pouvoir évacuer légalement les cadavres d’équidés et d’animaux de ferme", a indiqué Animaux en Péril.

Un acte prémédité

Pour l'association, il paraît évident que ces faits terribles ont été prémédités et bien organisés. Effectivement, les animaux n’étaient évidemment pas porteurs des marques d’identifications obligatoires (boucle auriculaire ou puce électronique). La police et l’autorité communale ont été informées. Animaux en Péril espère que celles-ci ne se contenteront pas de « nettoyer » le site, mais qu’une enquête sera également menée pour retrouver l’auteur des faits. Le nombre d’animaux et la quantité importante de « déchets » d’abattage excluent grandement la probabilité que cet acte ait été commis par un particulier.