Depuis son ouverture en août dernier, la nouvelle résidence-services du CPAS située aux abords du site de l'ancienne sucrerie, transformée depuis lors en une magnifique réserve naturelle, est très loin d'afficher complet. A l'heure actuelle, seulement six des 23 logements disponibles sont occupés.

D'ici la fin de l'année, les responsables du CPAS tablaient sur un taux d'occupation de 50%. C'était sans compter sur la crise sanitaire qui a dissuadé certaines personnes pourtant séduites par le concept de quitter leur domicile pour emménager dans un immeuble à appartements comprenant des espaces communs parmi lesquels un restaurant.

"Le contexte épidémique n'est évidemment pas propice à encourager les candidats locataires à déménager pour le moment. Par crainte d'attraper le Covid-19 et de cohabiter avec des gens qu'ils ne connaissent pas, ces derniers préfèrent rester chez eux quelques mois de plus, le temps que cette crise sanitaire prenne fin, grâce nous l'espérons tous à la vaccination", confie Valéry Gosselain.

Et le président du CPAS d'ajouter qu'en raison de la pandémie et des mesures de restriction qui en découlent, il n'a pas non plus été possible pour l'institution d'assurer une communication et une publicité dignes de ce nom autour de cette nouvelle résidence-services pour laquelle un investissement de près de quatre millions d'euros a été consenti. Pas totalement sur fonds propres puisque le CPAS a bénéficié d'un susbide de 824.000€.

"En date du 12 septembre dernier, nous avions programmé une cérémonie inaugurale qui a finalement dû être annulée suite au retour en force de l'épidémie. A l'époque, le CPAS avait invité via un toutes-boîtes la population et les locataires potentiels à profiter de cette journée pour venir découvrir les lieux. Les visites individuelles n'ont pas non plus étaient en mesure de se faire dans des conditions optimales comme nous l'aurions souhaité", regrette Valéry Gosselain.

Autant de facteurs défavorables qui ont convaincu la direction du CPAS de lancer un marché public en vue de désigner une agence immobilière qui sera chargée de promouvoir cette résidence-services tout en mettant en location ses appartements qui, à ce jour, n'ont pas encore trouvé d'amateur. Cette opération commerciale sera renforcée par la diffusion d'une vidéo promotionnelle sur la page Facebook du CPAS de Frasnes.

Pour rappel, les tarifs locatifs oscillent entre 1000€ et 1300€ par mois (hors charges) selon l’emplacement. Moyennant un petit supplément de 50€, les animaux sont acceptés. Enfin, le restaurant où on ne mange pas le midi est mis gratuitement à disposition des résidents.