Pays Vert

Deux chevaux extrêmement maigres ont été photographiés cette semaine dans une prairie de Wodecq avant d'être aussitôt vendus par ce marchand plusieurs fois condamnés pour des faits de maltraitance.

De nouvelles photos de chevaux en piteux état et dont le propriétaire n’est autre que Pascal D., du nom de cet éleveur d’Ogy (Lessines) condamné à de multiples reprises pour des faits de maltraitance animale, suscitent à nouveau l’émoi sur les réseaux sociaux. Deux chevaux se trouvant dans une prairie de Wodecq louée par P.D sur le territoire d’Ellezelles ont été signalés comme étant fort maigres tout en présentant au bas des pattes des traces rouges faisant songer à des blessures.

“L’inspecteur principal de la police locale s’est rendu sur place. Dans cette prairie proche du terrain de football, il a constaté deux équidés en bon état et deux autres avec les os apparents sous la peau”, raconte Ides Cauchie.

Ancien vétérinaire, il se fait que ce dernier est aussi le bourgmestre de l’entité ellezelloise. Lorsqu’il est descendu à son tour sur les lieux, les chevaux n’y étaient plus. Le maïeur de la cité des Sorcières a pris directement contact avec leur propriétaire qui lui a fait savoir que ceux-ci avaient été vendus.

“Nos services de police ont alerté l’unité du bien-être animal de la Région Wallonne qui a repris le dossier en main. Il est évident que si je vois de mes propres yeux une bête maltraitée et en souffrance, j’agirai en conséquence d’autant que les bourgmestres ont désormais le même pouvoir que l’UBEA pour opérer des saisies ”, ajoute Ides Cauchie.

Du côté des associations de protection animale telle que l’asbl Animaux en Péril dont le refuge est basé à Meslin-l’Evêque (Ath), on se déclare tout sauf surpris par ces nouvelles images sur lesquelles apparaissent des chevaux dans un état préoccupant appartenant ou ayant appartenu à cet éleveur d’Ogy où une cinquantaine d’équidés martyrisés avaient été saisis en 2016.

“Nous avons été récemment informés que le juge en charge du dossier avait clôturé son instruction. Nous attendons avec impatience que le parquet de Tournai renvoie à présent Pascal D devant le tribunal correctionnel et qu’un jugement soit prononcé à son encontre pour lui interdire de manière définitive de détenir des animaux”, commente Jean-Marc Montegnies, président du refuge d’Animaux en Péril.