Trois représentants des treize comités citoyens, désormais unis autour de la bannière Revolht, Réunir les Villages Opposés à la Ligne Haute Tension, viennent de rencontrer longuement Willy Borsus (MR), vice-Président et ministre de l’Aménagement du territoire de la Wallonie.

Alors que les quatorze communes traversées par la Boucle du Hainaut viennent de déposer un avis défavorable au projet porté par ELIA, cet entretien a permis au groupe de relayer les nombreux griefs relevés dans près de 20 000 courriers adressés aux autorités dans le cadre de la première phase de consultation. Une mobilisation citoyenne sans précédent en Wallonie.

"Le ministre Willy Borsus s’est montré particulièrement attentif aux doutes exprimés quant au bien-fondé même de cette ligne à très haute tension, d’un niveau de tension de 380 000 volts et d’une capacité de six gigawatts, traversant le Hainaut sur environ 85 km", détaille-t-on du côté du collectif.

Les porte-paroles de Revolht ont exposé les arguments techniques mettant selon eux à jour le surdimensionnement du projet d'Elia au regard des intérêts réels du Hainaut et de la Région wallonne.

"Dans ses études préliminaires, Elia a ignoré les innovations technologiques attendues en matière de transport énergétique. Ceci devrait, selon les citoyens, amener les pouvoirs publics à initier des contre-expertises indépendantes et à étudier des alternatives au sens large, intégrant notamment l’hydrogène, dont le potentiel en termes de transition énergétique zéro carbone constitue une opportunité stratégique pour les entreprises belges et wallonnes. Et ce, sans Boucle du Hainaut."

Les citoyens ont aussi pointé de nombreuses zones d’ombre planant sur le dossier, comme le développement d’un nœud électrique stratégique au départ du poste de transformation 150kV de Chièvres.

"Qualifiées d’opportunités par Elia, ces futures infrastructures ne sont pas détaillées dans son projet. Une modification du Plan de secteur lui offrirait néanmoins la possibilité de concrétiser son agenda. Outre le fait qu’elle ne se justifie pas, qu’elle provoquera des dommages irréversibles sur l’environnement, l’économie locale et l’agriculture, la Boucle du Hainaut présente surtout des risques élevés pour la santé de milliers d’habitants. La proximité de la THT avec des écoles, des zones d’habitat rural ou des entreprises doivent conduire les responsables politiques à adopter le principe élémentaire de précaution."

Pour toutes ces raisons fondamentales, les citoyens demandent donc au gouvernement wallon de mettre sans attendre un terme à la procédure de révision de Plan de secteur introduite par Elia. "Dans un esprit constructif, comme nous l'avons fait avec les autorités communales, nous garantissons au ministre Borsus notre totale collaboration, que ce soit pour l’analyse technique approfondie du projet, pour des visites de terrain ou pour tout autre apport permettant de prendre la meilleure décision pour l’avenir des Wallons."