L’organisation prend les devants.

Les traditionnelles festivités du crossage seront de retour à Chièvres le 26 février ainsi qu’à Grosage trois jours plus tard. Chaque année, elles attirent quelque 1 700 adeptes de ce jeu de rue ancestral. L’édition 2020 marquera un nouveau tournant dans l’évolution de cette coutume tenant autant du sport que du folklore.

Dès 2021, l’Union européenne interdira les déchets plastiques à usage unique. La cité des Aviateurs n’a pas attendu l’entrée en vigueur de cette nouvelle législation pour montrer l’exemple à l’occasion du crossage qui génère une quantité de déchets non négligeable.

"Dès cette année, l’utilisation du gobelet jetable sera totalement bannie au profit du gobelet réutilisable et consigné", indiquent les organisateurs. Dans le cadre d’un projet-pilote mené par Ipalle, l’intercommunale a décidé de mettre de tels gobelets à la disposition des communes.

40 000 gobelets réutilisables

En prévision du crossage, la ville de Chièvres en a commandé 40 000, auxquels il convient d’ajouter 500 pichets. Ces derniers seront prêtés gratuitement et répartis équitablement entre les buvettes.

Si les tenanciers bénéficiant d’un accès à un point d’eau auront la possibilité de laver leurs gobelets, les buvettes ambulantes n’en auront pas l’autorisation pour des raisons d’hygiène. Côté bar, Ipalle demandera une caution de 1 € par verre et de 5 € par pichet.

Des règles de sécurité conditionnent le bon déroulement de cette manifestation qui n’est pas sans risque sur le plan corporel et matériel. D’où l’obligation pour les participants de souscrire une assurance. Infos au 068/64.59.61.