À Lessines, les camions vont et viennent. S’ils sont nécessaires au développement de l’activité économique locale (carrières et industries), ils causent aussi d’innombrables nuisances pour les riverains.

Ainsi, les citoyens de la route de Frasnes n’en peuvent plus de voir leur maison se dégrader et d’être réveillés en pleine nuit par des poids lourds en infraction sur une chaussée au revêtement totalement dégradé.

Pour faire entendre leur voix, ils ont fait appel à Hubert Kyquemberg, membre de la CCATM et du conseil consultatif des aînés, particulièrement actif en matière de sécurité routière et de mobilité.

Après s’être rendu sur le terrain, avoir rencontré les riverains et avoir pris connaissance des démarches déjà réalisées dans ce dossier, ce Lessinois a imaginé une solution "qui supprimera définitivement les nuisances à la route de Frasnes et qui réduira fortement la quantité importante des poids lourds à la chaussée de Renaix".

Un plan porté devant le conseil communal, jeudi soir, par André Masure qui avait demandé l’ajout du point à l’ordre du jour. Le conseiller Soci@libre a ainsi détaillé les "mesures à prendre en termes de signalisation routière à l’endroit des rues suivantes: chaussée de Renaix, route de Frasnes, chemin de Papignies et route de contournement (N56)."

Un nouvel itinéraire obligatoire

Les solutions proposées par M. Kyquemberg sont multiples. Il s’agirait premièrement d’interdire l’entrée des camions à la route de Frasnes.

"La police de proximité étant incapable de faire respecter les panneaux interdiction au + de 7,5 tonnes, il y a lieu de poser une chicane à l’entrée du côté de la N56. Cette chicane serait composée de trois îlots triangulaires suffisamment rapprochés pour empêcher le passage de poids lourds et pour permettre, uniquement à 30 km/h, le passage des voitures et des camions de petit tonnage", développe le citoyen dans le courrier transmis aux élus.

Pour éviter que tous ces camions ne continuent vers la chaussée de Renaix et augmentent ainsi le flux de poids lourds déjà important à cet endroit, M. Kyquemberg propose aux autorités de poser des panneaux d’interdiction aux + de 7,5 tonnes sur la N56 à partir du giratoire avec la route de Frasnes; l’idée étant de forcer ceux-ci à emprunter un autre itinéraire.

"Il faut imposer aux poids lourds venant de l’autoroute de sortir de la N56 à hauteur de Wannebecq pour rejoindre le zoning industriel et ensuite le rond-point du boulevard Schevenels. De là, ils pourront alors facilement rejoindre le rond-point de l’Étoile et ensuite les carrières. Seuls les camions venant de Renaix et Flobecq passeront donc encore par la chaussée de Renaix."

André Masure a déposé un projet de délibération qui va dans ce sens. Il a proposé à ces collègues du conseil communal de décider d’aménager la route de Frasnes, à proximité du rond-point qu’elle forme avec la route de contournement, par la pose de trois îlots triangulaires, solidaires de la voirie. Mais aussi d’apposer la signalisation routière adéquate (interdiction aux plus de 7,5 t. aux extrémités de la route de Frasnes, au rond-point de la N56 à hauteur de la route de Frasnes vers la chaussée de Renaix, au rond-point du chemin de Papignies face à Baxter). Des aménagements qu’il juge "faciles et peu coûteux".

La balle dans le camp de la Région wallonne

La proposition de M. Kyquemberg, relayée par M. Masure, a été favorablement accueillie par l’assemblée locale. Tous s’accordent sur le fait que, tant que la Région wallonne ne sera pas encline à réaliser le dernier tronçon de la N56 entre la chaussée de Renaix et la chaussée de Grammont, il faut trouver des solutions alternatives.

"Toutes les idées sont les bienvenues", a affirmé d’emblée Pascal De Handschutter avant de souligner le travail de M. Kyquemberg et son dossier bien documenté. "Le ministre Henry nous avait promis des solutions, mais que ce soit son cabinet ou les ingénieurs du SPW, personne n’en a trouvé. On a donc à Lessines, certains talents!"

La seule crainte du bourgmestre: le report de la circulation vers le boulevard Schevenels. "Les habitants du cimetière ne seront pas incommodés, mais il y a tout de même des habitations entre celui-ci et le rond-point de l’Étoile." Les défenseurs du nouveau plan de mobilité pour les poids lourds lui accordent, mais précisent que ces maisons "sont situées en retrait de la chaussée".

Le point a été voté à l’unanimité. Le conseil communal a décidé d’envoyer la délibération et le dossier complet à Région wallonne pour lui sommer de faire les aménagements nécessaires sur ces routes dont elle a la charge.

"Nous demandons au ministre Henry d’analyser la proposition et d’agir. En parallèle, nous solliciterons l’avis de la zone de police et la zone de secours sur la faisabilité du projet. Sans réaction, nous interviendrons nous-mêmes", a assuré Pascal De Handschutter.

Le maïeur a également demandé au groupe Écolo d’appuyer la démarche auprès de "son" ministre. "L’essentiel est que nous soyons unis", a déclaré Philippe Hocepied. "Je pense qu’au lieu de courir après des chimères, nous devons effectivement investir dans des solutions alternatives."