Trônant sur la place du village pendant tout l’été, les mosaïcultures sont le fruit d’un très beau travail d’équipe réalisé avec patience et rigueur par les élèves de 3ème et 4ème secondaire de la section horticulture du Centre Éducatif Saint Pierre de Leuze. Sous la supervision de leurs professeurs, Mme Blanchard, Mr Lienardy et Mr Choisez, les 21 élèves ont consacré une bonne partie de leurs heures de travaux pratiques à la réfection de la sorcière de 4.50 mètres de haut et du portrait de Watkyne.

"C’est un travail qui occupe une bonne partie de l’année scolaire", explique Mr Choisez, le professeur d’horticulture. « Les œuvres sont ramenées à l’école dans le courant du mois d’octobre. Avant la restauration, place au démontage. Il convient dans un premier temps d’enlever les anciens éléments (terreau, plantes et filet). Après le nettoyage de l’armature métallique, les élèves s’attellent à la reconstruction. Première étape, la plus fastidieuse, l’installation du nouveau filet. Des centaines et centaines de coleçons sont utilisés pour cette phase. Deuxième étape, le remplissage avec le nouveau terreau. Enfin, dernière étape, mais non des moindres, l’ornementation avec les différentes plantes", poursuit-il.

Côté esthétisme, les horticulteurs en herbe ont utilisé près de 9000 plantes pour la réalisation de ces deux œuvres. "Nous utilisons principalement des plantes vivaces comme l’hemigraphis, qui supportent bien la taille intensive. L’œuvre de Watkyne a demandé beaucoup plus de minutie car cinq coloris de plante étaient nécessaires pour dessiner tous les traits du visage (les pupilles, la bouche, etc.)", explique Mr Choisez.

Une très belle collaboration entre cette école leuzoise et l’administration communale d’Ellezelles qui est en place depuis trois ans. "C’est un bel exercice pratique pour les élèves sur lequel ils ont évidemment été évalués tout au long de l’année scolaire", conclut-il.

Un vrai travail d’orfèvre dont les 21 élèves peuvent être fiers et pour qui la plus belle des reconnaissances est d’imaginer les dizaines de touristes et badauds se tirant le portrait devant ces œuvres lors de leur passage cet été à Ellezelles.