Pays Vert Depuis 2018, celles-ci ont permis la création et la rénovation d’enseignes tout en réduisant le nombre de cellules vides.

Chiffres à l’appui, la cité de Magritte connaît un indéniable renouveau touristique mais aussi économique. On en veut pour preuve le bilan extrêmement positif que viennent de dresser les responsables de l’agence locale pour l’emploi (ADL) deux ans après le lancement des primes à l’investissement.

Pour rappel, la Ville et son ADL octroient depuis 2018 des aides financières visant à redynamiser le commerce dans le centre-ville et les villages de l’entité. Rien que celle à l’installation a déjà porté ses fruits puisque quatre nouvelles enseignes, dont celle d’un antiquaire, sont apparues dans l’intra-muros.

Dans le cadre de cette prime, la Ville finance 15 % du loyer mensuel pendant trois ans (avec un plafond maximal fixé à 210 € par mois). De la même façon, la prime à la rénovation (prise en charge de 30 % des investissements d’au moins 5 000 € avec un plafond de 3 000 €) a profité à plusieurs autres commerces dont une friterie donnant sur la Grand-Place.

En outre, celle-ci permettra bientôt l’ouverture d’un hôtel dans une ancienne maison de maître de la rue des Moulins.

Enfin, le 3e type de prime encourage les commerçants à s’inscrire dans la dynamique de la rénovation de la Grand-Rue en rénovant leur magasin. Pour autant qu’il atteigne un montant de 5 000 €, le coût des travaux est couvert à 40 % par la commune avec un plafond fixé à 6 000 €. Un boulanger de la GR a pu ainsi refaire toute sa devanture.

" Lancer son entreprise a toujours comporté un certain risque, de surcroît de nos jours. Cela requiert du courage, du professionnalisme mais aussi des compétences en matière de gestion ", confie Line De Mecheleer, l’échevine du Commerce présidant aux destinées de l’ADL.

Voilà pourquoi la Ville s’est associée au groupe One, structure d’accompagnement de création d’emplois, afin de faire revenir un maximum de commerces à Lessines.

Et le pari est en passe de réussir puisqu’on ne compte plus que 15 cellules commerciales vides alors qu’on en recensait encore une trentaine il n’y a pas si longtemps.

À l’heure actuelle, cette dynamique a permis l’éclosion dans la cité du Porphyre de 22 projets commerciaux dont dix ont déjà abouti, les autres étant en gestation et bien partis pour voir le jour.