Avec la plaine de Werchter, la ville de Lessines sera ni plus ni moins un des épicentres de la reprise des festivals musicaux de l'été en Belgique. Pour s'en convaincre, il suffit de parcourir la liste des artistes et des groupes qui, du 4 juin au 29 août prochains, se produiront dans le coeur historique de la cité de Magritte.

De Hooverphonic (6 août) à Axelle Red (21 août) en passant par Girls in Hawaii 28 août), Typh Barrow (14 août), Wim Mertens (20 août), Milow (13 août), Suarez (29 août) ou encore Dick Annegarn (14 juillet), Didier Super (25 juin), BJ Scott 17 juillet), Daniel Hélin (5 juin) et Jasper Steverlinck (15 juillet), l'édition 2021 des Summer Nights Fever a d'ores et déjà de quoi faire rêver plus d'un mélomane en proposant une telle affiche.

Malgré la pandémie, on se rappellera que le centre culturel René Magritte avait réussi avec succès à programmer, en août dernier, dans le respect des règles sanitaires, une dizaine de concerts et de pièces de théâtre dans la cour de l'ancienne ferme de l'hôpital Notre-Dame à la Rose. A l'époque, le Codeci autorisait une jauge maximale de 200 personnes réparties en bulle tout en imposant aux organisateurs des mesures de distanciation sociale assez contraignantes.

"Cette expérience salutaire a servi de laboratoire à ce projet culturel beaucoup plus ambitieux qui adoptera les mêmes préceptes (qualité artistique, dimension humaine, offre gastronomique, accueil confortable dans un décor unique) à la différence que la baisse très significative des hospitalisations due à la campagne de vaccination en cours contre le Covid-19 permettra d'accueillir en extérieur un nombre de festivaliers plus important", se réjouit Frédéric Maréchal, directeur du centre culturel local.

Les Summer Nights Fever débuteront en douceur le premier week-end de juin dans la cour du musée hospitalier où, jusqu'à la mi juillet, en plus de veillées contées et de rendez-vous théâtraux, des artistes comme REFA (ex Refugees for Refugees), Daniel Hélin, Didier Super ou encore Antoine Hénaut se produiront devant une assistance ne dépassant pas 300 personnes.

La grande nouveauté, c'est qu'à partir du 14 juillet, le festival quittera la cour de l'hôpital en phase de reconnaissance par l'Unesco pour rejoindre, de l'autre côté de la rue, les abords d'un bras de la Dendre sur laquelle sera disposée une scène flottante. Face à celle-ci, le public investira un terrain en pente douce descendant jusqu'à la rivière et la structure scénique enjambant le cours d'eau. Cet ensemble formera une sorte d'amphithéâtre naturel et bucolique à proximité de l'ancien Moulin William pour lequel un projet de reconversion en salle de spectacle est sur les rails. Le prix d'entrée ira de 12€ à 30€ selon les artistes à l'affiche.

C'est également à cet endroit que les amateurs de blues, de musique country et de rock garage auront rendez-vous du 23 au 25 juillet pour assister à une version allégée du Roots & Roses Festival ayant dû être annulé le 1er mai dernier en raison de la crise sanitaire. Dans un tout autre style, la journée du 7 août mettra à l'honneur des groupes de métal féminin.

Côté pratique, des ilots en plein air de quatre personnes (ou plus si du même foyer) seront mis à la disposition du public qui sera tenu de porter le masque lors de ses déplacements, notamment vers les lieux de restauration (Horeca). Les préventes pour les Summer Nights Fever débuteront ce 28 mai à 11h sur le site de l'hôpital Notre-Dame à la Rose (rue des Moulins) tandis que celles pour le Roots & Roses le sont déjà depuis le 21 mai dernier. Il est également possible d'acheter ses places en ligne sur la plateforme Ticketmaster.

Infos sur www.ccrenemagritte.be, www.rootsandroses.be et sur les pages Facebook dédiées à ces deux évènements.