Le refuge des Collines basé dans la cité de Magritte vient de faire état sur sa page Facebook d'un nouvel acte de cruauté dont a été victime un bouledogue français. Baptisée Frankie, cette chienne martyrisée a été prise en charge par l'asbl Opale gérant le refuge lessinois alors qu'elle errait depuis plusieurs semaines dans le quartier de la gare. Maigre et affamée, la pauvre bête avait notamment un oeil ulcéré et les babines brûlées tout en dégageant une odeur pestilentielle. 

"Frankie est décédée suite à la maltraitance et à l’ignorance dont son propriétaire à fait preuve envers elle. Mais elle est également décédée à cause d’un laisser aller total de la part des autorités et des personnes qui avaient constaté son état. En 2021, il n’y a rien de plus révoltant que de constater que le sort d’un chien n’est que misérable aux yeux de ces personnes!", commentent, révoltés, les responsables du refuge en question.

Ces derniers n'ont pas hésité à détailler sur les réseaux sociaux les nombreuses pathologies dont souffrait Frankie et auxquelles elle a fini par succomber malgré l'abnégation de ses soigneurs qui, durant 24h, ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour la sauver. "Il n’y avait malheureusement plus aucune issue possible pour la maintenir en vie et lui offrir la vie de rêve qu’elle aurait méritée. L’équipe vétérinaire a fait tout son possible, elle s’est acharnée durant des heures, hélas sans succès!", fait savoir avec tristesse la direction de l'asbl Opale.

Et celle-ci d'ajouter que Frankie a fait preuve d’une soif de vivre immense, d’un courage surdimensionné. "Elle a réussi en quelques heures à nous combler d’amour et à nous donner son entière confiance. Elle s’est complètement épanouie près de nous. Son petit corps était épuisé et ses forces étaient réduites à néant. Psychologiquement et physiquement, elle n’en pouvait plus de se battre. Elle est partie entourée et sereine avec une équipe aimante à ses côtés."

Grâce à des témoignages, le propriétaire de l'animal, lequel était porteur d'une puce d'identification électronique bulgare, a fini par être identifié. Les responsables du refuge ne comptent pas en rester là. "En plus d'une plainte qui va être déposée auprès du procureur du Roi, nous avons décidé d’engager un avocat afin de nous constituer partie civile en justice et de réclamer une interdiction de détention d’animaux pour son propriétaire."

Le refuge annonce également vouloir déposer plainte contre les services de police qui sont intervenus le 28 mars dernier pour Frankie mais qui, selon ses responsables, n’ont pas estimé qu’elle était maltraitée et l’ont simplement rendue à ses bourreaux.

"Malgré le coût que cela impose, nous avons pris la décision d’offrir à Frankie un passage vers l’au-delà à la hauteur de son courage. Elle sera incinérée individuellement, accompagnée d’une petite cérémonie d’adieux avec les membres de notre équipe. Son corps sera respecté jusqu’au bout, elle ne partira pas n’importe où. Elle restera avec nous."