Pour autant que la demande soit introduite dans les délais, le code de la démocratie locale permet à tout parti politique ou élu de faire inscrire des points supplémentaires à ceux initialement notifiés à l’ordre du jour d’un conseil communal.

A Lessines, certains mandataires de la majorité estiment cependant que l’opposition a tendance à abuser de cette procédure légale et légitime en multipliant les ajouts avec pour conséquence de prolonger les débats qui, à eux seuls, finissent par déboucher sur une 2eme séance à part entière. C’est justement le scénario qui s’est produit lors de la dernière réunion en visioconférence des mandataires de la cité de Magritte.

A l’issue de l’examen des 35 points de l’ordre du jour initial, finalisé en 1h20, il a fallu aux conseillers un laps de temps plus long (1h40) pour passer en revue les six points complémentaires du groupe Socio@libre et un 7eme émanant de Défi.

Il n’en fallait pas davantage pour faire réagir Patrice Baguet. Sans le dire ouvertement, le chef de file du PS y voit une occasion de monopoliser les débats et de contourner le règlement sur les questions d’actualité, désormais limitées à une seule par conseiller tout en pouvant être suivie d’une réponse et d’une réplique.

D’ou son interpellation auprès du collège pour que celui-ci réfléchisse quant à l'opportunité de "durcir" le règlement d’ordre intérieur du conseil afin que ce genre de “dérive” ne se reproduise plus à l’avenir. Le bourgmestre s’est engagé à ce que le collège se penche sur la question.

Le dossier de la piscine en toile de fond

Via un communiqué, les représentants de l'opposition Soci@libre n'ont pas tardé à s'indigner de cette proposition. "Nous pensions d'abord à un poisson d'avril ! En affirmant que les points complémentaires posés (surtout par les 5 élus du mouvement citoyen soci@libre) font perdre un temps précieux aux élus de la population, le PS de Lessines craint-il la minorité au point de vouloir la museler?", s'interrogent Isabelle Privé et ses colistiers. Avant d'ajouter "que celui ou celle qui pense perdre son temps en exerçant son mandat ferait bien de démissionner !"

Soci@libre constate que pour toutes ses demandes citoyennes mises à l'ordre du jour (propreté, gestion des espaces publics, entretien de voiries et projet d'aménagement d'une aire de camping car), le collège n'a fait aucune autre contre-proposition.
 "Par contre, pour chacun de ces points, la majorité a débattu de longues minutes pour, in fine, nous reprocher la pertinence de nos sujets !", poursuit le groupe d'Isabelle Privé, l'ex-échevine socialiste à qui la majorité et notamment son ancien parti reprochent régulièrement de tenir le crachoir. 

"Nous pensons que le vrai poil à gratter vient de notre proposition de débattre du projet de construction de la future piscine. Nous demandions juste de la transparence dans ce dossier afin de pouvoir informer valablement les citoyens. Nous avons toujours défendu la rénovation du bassin de natation et maintenant nous restons favorables à la création d'une piscine soutenable financièrement."

Soci@libre rappelle qu'en 2017, la majorité avait déjà modifié le règlement d'ordre intérieur du conseil communal en réduisant les questions d'actualité à une par conseiller avec maximum deux minutes de temps de parole.
 Le règlement impose désormais à la minorité de déposer auprès du secrétariat communal les questions complémentaires cinq jours avant la tenue du conseil.

"Cela signifie que la majorité dispose de cinq jours pour les examiner. Notre groupe s'étonne donc de la proposition du chef de groupe PS de réduire soit le nombre de points complémentaire ou le temps de parole des conseillers. 
La démocratie délibérative nécessite du temps. Le fonctionnement d'un conseil communal limite déjà suffisamment l'expression minoritaire."

Soci@libre souhaite simplement le dialogue et un débat contradictoire serein autour de la table des représentants de la population.
 "La plupart du temps, la majorité refuse le débat contradictoire et minimise l'apport constructif de la minorité autour de la table", déplorent ses membres. "Le PS lessinois va t-il continuer sa politique de l'entre soi dans l'opacité vis à vis des citoyens ou invente t-il une nouvelle forme de démocratie : la dictature d'une majorité ? Nous espérons que certains membres du conseil vont se ressaisir par rapport à leur engagement vis à vis des Lessinois et qu'ils respecteront à l'avenir la liberté d'expression et la loi communale!", concluent les représentants de la principale force d'opposition politique lessinoise.