Aux côtés du major D'Herde de la zone de secours de Wallonie Picarde, le bourgmestre de Lessines a fait le point, lundi en fin d'après-midi, sur l'état de la situation à la rue Tramasure où une maison de rangée menaçait toujours de s'effondrer à la suite d'une rupture de canalisation d'eau survenue sous celle-ci au risque d'entraîner peut-être avec elle dans sa chute les habitations accolées de part et d'autre.

Tout a commencé dimanche lorsqu'une importante fuite d'eau a été détectée dans cette rue en pente située à quelques centaines de mètres de la Grand Place. Les services de la SWDE sont aussitôt intervenus pour la colmater, avant de revenir sur place hier matin pour vérifier certains branchements chez des riverains. "En sortant de l'une des habitations, le trottoir s'est littéralement effondré devant eux. Un des agents de la SWDE a été blessé mais les nouvelles concernant son état de santé sont rassurantes", commente Pascal De Handschutter.

Toujours est-il que le soubassement d'une maison occupée par un couple de locataires s'est alors affaissé dans la cavité béante formée par les eaux qui ont créé un vide sous celle-ci et une habitation mitoyenne tout en faisant disparaître une partie de la voirie. La façade du n°48 s'est fissurée, pour ne pas dire écartelée sur toute sa hauteur, laissant apparaître le salon depuis l'extérieur de la rue. 

Au moment d'organiser sa conférence de presse à 16h, à l'hôtel de ville, le maïeur ne cachait pas que la situation demeurait préoccupante. Vu l'ampleur du sinistre, Pascal De Handschutter avait déclenché, en début de journée, le plan communal d'urgence (une première pour lui) qui a permis de mettre autour d'une même table les nombreux intervenants dont les pompiers ayant été alertés lundi matin, sur le coup de 8h, d'un risque d'effondrement d'une maison de la rue Tramasure.

"Des mesures d'urgence ont été prises pour évacuer les occupants des trois habitations situées dans la partie la plus endommagée et dangereuse. Le home de la Providence des Malades a fait preuve d'une belle solidarité en mettant trois chambres à leur disposition mais les personnes sinistrées ont pu trouver un logement provisoire au sein de leurs familles respectives", indique encore le bourgmestre lessinois.

Par ailleurs, suite à une odeur de gaz suspecte, notre interlocuteur a demandé par précaution à Ores de fermer totalement une conduite de moyenne pression et partiellement une seconde de basse pression qui se trouvent toutes les deux sous la voirie concernée. Les habitants de rue Tramasure ont quasi tous été évacués vers le centre sportif Claudy Criquieiion, avant de pouvoir regagner leur domicile - à l'exception des occupants des maisons comprises entre le n°44 et le n°54 - dès qu'Ores eut fait savoir que tout danger d'explosion était écarté.  

Dans le même temps, le bourgmestre a fait appel à une société spécialisée basée à Tournai (Dufour) de même qu'aux hommes de la Protection civile pour explorer la zone souterraine impactée et voir ce qu'il y a lieu de faire. "Dans le cas présent se pose un double problème. Sans la formation sous la voirie de cette immense poche formée par les eaux, il aurait été beaucoup plus facile d'étançonner la maison désormais inhabitable. Hélas, cette opération est inenvisageable, que ce soit en reportant les forces verticalement ou en diagonale, dans la mesure où le bas de la bâtisse n'existe plus. Et si l'on rebouche d'abord le trou au niveau de la route, les vibrations liées aux travaux sont susceptibles de provoquer sa chute sur les ouvriers affectés à ce chantier", fait comprendre le major D'Herde. 

Les experts sont attendus sur les lieux afin d'étudier la meilleure façon de réparer la route en toute sécurité pour les travailleurs tout en planchant sur la mise en œuvre de solutions de stabilité afin de procéder à la sécurisation de la maison sous laquelle s'est dérobé le sol. Inutile de dire que la rue Tramasure restera fermée à la circulation des voitures et des camions pour une durée indéterminée.