Ces derniers mois, l’entité de Lessines a été le théâtre de saisies d’animaux maltraités plus horribles les unes que les autres. Pas plus tard qu'aujourd'hui, le refuge des Collines (asbl Opale) est intervenu en collaboration avec la police dans une habitation de l’entité suite au décès naturel de son occupant. Deux chats vivants appartenant à leur défunt propriétaire ont été découverts dans cette maison dont l’état d’insalubrité extrême dépassait l’entendement.

« Une fois à l’intérieur, nous avons dû faire faire face à une odeur nauséabonde et à l’état indescriptible des lieux, avant d’apercevoir un chat complètement terrorisé », racontent les responsables du refuge lessinois sur leur page Facebook. Ceux-ci n’étaient pas au bout de l’horreur. « En avançant dans la deuxième pièce, nous avons ressenti de fortes démangeaisons le long de nos jambes. Il s’agissait de puces qui grouillaient par milliers dans chaque recoin de cette demeure ».

Pour les équipes du refuge, il était impossible d’avancer plus loin dans de telles conditions. Celles-ci ont dû se munir de combinaisons spéciales et de produits adéquats pour pénétrer dans le reste de l’habitation. Elles ont ensuite découvert, dans l’une des chambres, un second chat très maigre et en état de panique également. Il aura fallu deux journées aux sauveteurs pour arriver à prendre en charge les matous.

Les monticules de crasses et d’objets en tous genres ont rendu extrêmement difficile leur capture. Le premier jour n’a pas été concluant pour les membres du refuge qui se sont limités à les nourrir et à les abreuver en essayant d’instaurer un climat de confiance. Au bout du 2eme jour, les chats extrêmement affaiblis se sont enfin laissés prendre.

« En arrivant ce matin, nous avons pu voir le premier perché sur des tuyaux de canalisation. Il n’avait plus de force pour se débattre ou pour pouvoir en descendre, rongés par ces milliers de puces. Son congénère marchait difficilement dans la chambre recouverte d’objets en tous genres. Il était épuisé tout en hurlant si fort. A force de patience, il a fini par se laissé attraper par l’un de nos bénévoles »

Une fois de plus, la misère dans laquelle vivait ce monsieur décédé et ces chats a évidemment touché en plein cœur ceux qui en ont été les témoins directs. Cette détresse humaine et animale risque de les hanter encore longtemps.

Baptisés Olympe et Ros, ces chats arrachés de l’enfer ont vu d’urgence un vétérinaire afin d’effectuer un check-up complet. Ils sont évidemment remplis de parasites, leur peau est jonchée de croûtes et de blessures diverses. Ils sont maigres et très marqués psychologiquement. Sous étroite surveillance et mis en quarantaine, ils devront subir des examens complémentaires avant leur mise en ordre sanitaire.

« En 2020, les prises en charge d’animaux dans des conditions aussi atroces ne font que se succéder. Elles deviennent de plus en plus nombreuses et notre refuge ne touche toujours aucun subside suite à ces prises en charge. Nous vivons uniquement de dons et de parrainages! », rappellent les responsables du refuge en lançant de nouveau un appel à la générosité des nombreux défenseurs de la cause animale.