Entre le gestionnaire belge du réseau de transport d’électricité à haute tension et les élus de Mont-de-l’Enclus, le courant n’est pas passé davantage que dans les 13 autres communes reprises sur le tracé de la fameuse et tant controversée Boucle du Hainaut. A l’unanimité, le conseil communal vient de remettre un avis négatif sur lc projet de ligne à haute tension pour lequel Elia a introduit une demande de révision du plan de secteur, première étape d'une longue procédure qui ne pourrait aboutir qu'à l'horizon 2030. 

« Il ne pourrait en être autrement en ce qui concerne notre position dès l’instant où l’opérateur nous présente un dossier incomplet et où autant de questions demeurent sans réponse. Outre le fait de s’interroger sur la réelle nécessité de mettre en service une nouvelle liaison électrique de 380.000 volts, on est en droit de s’inquiéter des risques potentiels pour la santé de la population. A ce jour, aucune étude scientifique ne prouve qu’il n’y a aucun danger. Des cas de leucémie ont été attestés chez des enfants en bas âge vivant à proximité de champs électromagnétiques d'une telle puissance. Le principe de précaution doit dès lors s’appliquer », commente le bourgmestre Jean-Pierre Bourdeaud'huy. 

Dans le cadre de l’enquête publique organisée récemment à Mont-de-l’Enclus, quelques 400 lettres de réclamations sont parvenues à l’administration communale dont 170 provenant de riverains domiciliés à proximité du tracé de cette future ligne HT si tant est qu’elle ait encore un futur vu qu’aucune des 14 communes hennuyères concernées par son éventuelle passage aérien ne souhaite voir son territoire défiguré par des pylônes électriques de 60m de hauteur.

« Sur base du tracé actuel, cette ligne traverserait des zones agricoles mais également des zones urbanisées et densément peuplées », indique le bourgmestre. Pour notre interlocuteur et les autres mandataires locaux siégeant à ses côtés, tous partis confondus, ce projet est d’autant plus imbuvable qu’Elia a annulé les deux rencontres citoyennes qui étaient programmées à l’attention de la population enclusienne suite aux incidents d’Erquelinnes dont ses équipes ont été victimes.

« Il n’est pas normal ni acceptable que les citoyens d’une entité de 4000 habitants ne soient pas correctement informés par rapport à un projet de cette ampleur menaçant d'impacter leur qualité de vie et leur environnement. Il s’agit la d’une question de principe », conclut le bourgmestre de Mont-de-l'Enclus.