La mort de la chienne Frankie continue à faire parler d’elle et pas que sur les réseaux sociaux. La semaine dernière, une dame avait signalé la présence dans le quartier de la gare de Lessines d’une chienne errante de race bouledogue français. En plus de sa maigreur, l’animal présentait des traces de maltraitance (œil ulcéré, babines brûlées, arrière-train tuméfié, etc.) au moment d’être pris en charge par l’asbl Opale qui s'occupe de la gestion du refuge basé dans la cité de Magritte.

Hélas, les soins qui lui ont été prodigués chez le vétérinaire n’ont pas permis de maintenir Frankie en vie. Après lui avoir organisé une petite cérémonie d'adieu, les responsables du refuge ont saisi la justice en portant plainte auprès du procureur du Roi contre la propriétaire du chien qui a pu être identifiée. Ces derniers ont sollicité les services d'un avocat afin de se constituer partie civile dans le cadre de ce nouveau dossier de maltraitance animale survenu sur le territoire lessinois. 

La direction du refuge envisage, en outre, de déposer plainte contre les services de police pour non assistance à animal en danger. Par la voix de la commissaire Sylvie Lambert, la zone de police des Collines n’a pas tardé à réagir face à ces accusations qu’elle juge non fondées. Elle se demande ce qu’elle aurait pu faire de plus.

L’équipe intervenue sur place raconte avoir dû faire face à un chien agressif impossible à attraper. L’animal a fini par se faufiler dans un trou débouchant sur le jardin de sa propriétaire. La police dit avoir insisté pour que cette dernière aille consulter le plus rapidement possible un vétérinaire en raison de cette masse rougeatre sous-cutanée visible au niveau de l’arrière-train de l'animal. La commissaire précise encore que cette chienne n’était pas dans un état à ce point catastrophique que pour demander au bourgmestre d’ordonner une saisie mais que son état s’est visiblement dégradée dans les heures qui ont suivi l'intervention des forces de l'ordre.

La zone de police insiste encore sur le fait qu’elle n’a jamais restitué l’animal contrairement à ce que prétend l'asbl Opale dans la mesure où celui-ci a regagné le domicile de sa propriétaire sans qu’il soit possible de le capturer.