Après le moulin de la Marquise, c'est un autre élément majeur du patrimoine moulbaisien qui va devenir la propriété de la ville d'Ath. A l'unanimité, le conseil communal vient de marquer son accord sur l'acquisition de la salle du Patronage située sur la place Henry Stourme.

De quoi ravir les habitants de l'un des plus beaux villages de l'entité du Pays Vert, de même que les nombreuses associations culturelles locales qui ont craint, un moment, que ce bien ne tombe dans les mains d'un privé. Cette superbe bâtisse est notamment utiilisée pour leurs répétitions par les musiciens de la célèbre fanfare de Moulbaix ainsi que par sa non moins renommée troupe de théâtre

"Pendant plus d'un an et demie, la Ville a négocié avec les propriétaires de ce très beau bâtiment chargé d'histoire pour aboutir à un accord de rachat de 200.000€", se réjouit le bourgmestre Bruno Lefèbvre (PS).

C'est le 15 juin 1993 qu'un bail de longue durée portant sur l'occupation de la salle fut signé entre la Ville et l'asbl Les oeuvres de la marquise de Chasteler et de Moubaix. "Cette location pour le franc symbolique était consentie pour une durée de 26 ans qui a pris fin le 31 mai 2019 sans que la Ville ne puisse se prévaloir d'une quelconque reconduction", a fait savoir en guise de rétroacte le bourgmestre, heureux que ce dossier aboutisse enfin alors que la partie était loin d'être gagnée.

Une priorité électorale 

En effet, le site a suscité bien des idées de projets dans le chef des propriétaires qui ont fini par y renoncer. Comme l'a rappelé le maïeur, il fut un moment question d'un projet immobilier avec la construction de logements juste en face de la salle du Patronage, avant d'en faire une maison d'accueil. Son prédécesseur Marc Duvivier (La Liste Athoise) se félicite lui aussi d'une issue aussi favorable pour les habitants de Moulbaix et les Athois en général. 

"Le maintien de ce patrimoine que la Ville a toujours bien entretenu est également une excellente nouvelle pour le tourisme rural". La conseillère socialiste Cécile Dascotte abonde dans le même sens. "La gestion de ce dossier a été tumultueuse mais aujourd'hui, cette salle est sauvée et les nombreux services qu'elle rend aux villageois pourront perdurer." L'intéressée n'a pas manqué de rappeler que le maintien des lieux de vie et de convivialité figurait parmi les priorités électorales de son groupe politique lors du dernier scrutin communal. 

"En ces temps difficiles où se réunir entre amis ou voisins nous est interdit, il bon de se dire que quand nous pourrons nous retrouver, ces locaux seront prêts à nous accueillir. Tout comme le moulin de la Marquise, cette salle est un élément important du village de Moulbaix dont l'histoire est intimement liée à celle de son château. La Ville contribue de la sorte à la sauvegarde d'un autre pan du patrimoine historique et architectural tout comme elle l'avait déjà déjà fait en rachetant le moulin", souligne encore Cécile Dascotte. 

Le seul petit bémol parmi ce flot d'enthousiame est venu de Raymond Vignoble (LLA) et de Bruno Montanari (LLA) qui ont remué le couteau dans la plaie. Si pour eux, il était important pour Moulbaix de conserver cette salle, ils n'ont pas pu s'empêcher de rappeler que le village venait de perdre son école située à 150m de là. Le bourgmestre a fait mine de ne pas relever, préférant soumettre le point au vote de peur sans doute de raviver la polémique autour de la fermeture récente de cet établissement scolaire.