Avec une taille moyenne de 55 cm et un poids variant de 2 à 4 kg, le gorfou sauteur est l’une des plus petites espèces de manchots. Son nom lui vient de son agilité à se déplacer par bonds sur des rochers abrupts. Il existe 7 espèces de manchots gorfous qui toutes se caractérisent par la présence d’aigrettes jaunes de chaque côté de la tête. La sous-espèce de gorfou sauteur née à Pairi Daiza (Eudyptes chrysocome filholi) tire ses origines de territoires situés à environ 2 000 km au sud-est de l'Afrique du Sud et au sud de la Nouvelle-Zélande.

Dans la nature, la population a baissé de 30% ces 30 dernières années. Les raisons sont multiples : empiètement de leurs territoires par l’homme, changements climatiques qui affectent la disponibilité de sa nourriture, pollution pétrolière, pêche intensive et introduction d'autres espèces animales par l'homme. L'UICN a recensé 2,5 millions gorfous sauteurs dont 844.000 de la sous-espèce désormais présente à Pairi Daiza (Eudyptes Chrysocome filholi).

En juillet 2021, Pairi Daiza a reçu des œufs en provenance de Marineland (France). Des œufs qui ont été confiés dans le cadre du programme EEP (programme européen de conservation de l'espèce, coordonné par l'Association européenne des zoos et aquariums). Chaque œuf arrivé dans le Jardin des Mondes provient d'un couple différent. Les trois gorfous de Pairi Daiza ont donc chacun un patrimoine génétique qui leur est propre.

© Pairi Daiza

Une croissance sous haute surveillance

Pour leur donner toutes les chances, les œufs ont été placés dans la couveuse du Centre de conservation des oiseaux menacés de Pairi Daiza. Après une trentaine de jours d’incubation à 36°C, les poussins ont courageusement percé leur coquille et ont montré leurs jolis duvets gris-brun et blanc. Chacun pesait une soixantaine de grammes. Nourris à la seringue durant dix jours, ils ont ensuite pu manger de petits morceaux de poissons.

Les soigneurs ont veillé sur eux 7 jours sur 7 avec une vidéo surveillance 24 heures sur 24. Grâce à ces soins, à un mois, les trois gorfous sauteurs pesaient 700 grammes. Ils étaient prêts pour rejoindre les espaces intérieurs et de soins de la Grotte aux Manchots, au cœur de la Terre du Froid. Ils y ont passé près de 4 mois pour s’acclimater et apprendre à nager. Pesant aujourd’hui environ 2 kilos, ils sont prêts à faire connaissance avec les douze manchots papous (Pygoscelis papua) résidant dans la Grotte aux manchots depuis février 2021. Leur sexe n’est pas encore connu. Un vote pour leur trouver un nom sera probablement proposé au public dans les jours à venir.

Un territoire unique au monde pour les manchots

Les visiteurs peuvent désormais observer ces quinze oiseaux pour lesquels les équipes de Pairi Daiza ont construit un territoire remarquable : un territoire de 850 m2 adapté à leur comportement naturel, conçu dans un esprit d’efficacité énergétique, doté de la plus grande verrière de lumière naturelle au monde, de revêtements de sols variés, d’un air assaini et d’un grand bassin d’eau salée. Dans la Grotte aux manchots, la température ambiante est maintenue à une moyenne de 4° avec un maximum absolu de 7°C. Ce nouvel espace fait partie de la boucle d’échange et de récupération d’énergie de La Terre du froid. Elle a recours aux techniques les plus modernes de réduction des consommations (forte isolation des bâtiments, pompes à chaleur, stockage de la chaleur, lumières led, récupération d’énergie, bâtiments « intelligents » permettant de suivre et ajuster les consommations en temps réel, etc...).