Comme il fallait s’y attendre, le projet de centre commercial à Ollignies a alimenté les débats mardi soir lors du conseil communal de Lessines. Les mandataires de la cité de Magritte étaient invités à se prononcer sur des aménagements de voirie nécessaires pour améliorer la mobilité et l’accessibilité aux abords du site convoité par la société Equilis.

Pour rappel, celle-ci a introduit une demande de permis intégré en vue de bâtir et d’exploiter un nouveau pôle commercial à l’angle de la chaussée Victor Lampe et du Grand Maris où subsiste une friche qui ne demande qu’à être réhabilitée. D’une superficie de 5682 m2, celui-ci prévoit l’implantation de sept enseignes dont un Carrefour Market. 

Malgré les réserves de la CCATM et bien que de nombreux habitants du village d’Ollignies s’y opposent au travers d’une pétition mis en ligne, le collège communal a remis un avis positif sur la modification de voirie mais conditionné tout en sachant que le dernier mot reviendra à la Région Wallonne.

La Ville s’engage à faire le nécessaire pour réduire au maximum les nuisances qui pourraient résulter d’un tel projet et dont s’inquiètent les riverains. Ces derniers bénéficient du soutien de l’opposition lessinoise.

Tant Ecolo que le groupe Soci@libre ont voté contre le point soumis au vote. “En tant que mouvement citoyen, nous constatons que 6000 m2 du village d’Ollignies ont été rachetés par le groupe Mesdagh, actionnaire d’Equilis par ailleurs. Comment le pouvoir communal peut-il accepter tout ce qui lui est présenté par des investisseurs sans même s’interroger de la pertinence du projet, des répercussions sur le développement socio-économique et sur la qualite de vie de ses habitants?”, s’interroge Isabelle Privé.

Pour cette dernière, la majorité renie ses promesses électorales en soutenant ce projet au détriment du commerce local et de proximité au centre-ville et dans les villages. La porte-parole se montre également dubitative en ce qui concerne le nombre d’emplois qui pourrait en découler.

Chez Ecolo, on formule des objections tant sur la forme que sur le fond. “Il est surprenant de lire que les autorités compétentes n’estiment pas nécessaire une étude d’incidence pour l’environnement tout affirmant que les nuisances seront quasi inexistantes alors que parking pourra accueillir 1136 véhicules et qu’il faudra une dizaine de camions pour alimenter les commerces à venir”, s’étonne Philippe Hocepied.

Sur le fond, les Verts considèrent que ce projet semble sorti tout droit d’un chapeau de magicien du siècle dernier et qu’il est en totale décalage avec les enjeux climatiques et la transition vers un modèle de société plus sain et moins consumériste