À cause de la crise sanitaire, de nombreux futurs mariés ne peuvent pas fêter comme il se doit, l'événement qui est censé être le plus beau de leur vie. Perrine, originaire du village de Moustier a dû, avec son futur mari, s'adapter et revoir toute l'organisation de leur mariage.

"De base, notre mariage était prévu pour l'été 2020. Avec la pandémie, nous l'avons reporté au mois de juillet 2021. En voyant que les choses ne s'amélioraient
pas, nous avons préféré le reporter en 2022", déclare Perrine De Wulf.

Malgré ces plusieurs reports, la jeune femme est compréhensive face aux mesures prises par le gouvernement. "Il est préférable de ne pas programmer de gros événements. Avec mon compagnon, nous comprenons que la santé est la priorité. Bien entendu, notre mariage reste indispensable. Mais face à cette situation, il faut penser à la santé avant tout".

Toujours dans le doute

Pour les jeunes futurs mariés, il est désormais difficile de se projeter dans l'avenir. "Tout a toujours été prêt pour le jour J. Il manquait seulement à chaque fois la robe car les essayages ont toujours été reportés. Dans de telles conditions, nous sommes perpétuellement dans le doute. Nous n'osons plus programmer notre mariage et nous n'osons même plus dire aux personnes que nous nous marions", précise la jeune femme.

Bien évidemment, à force de reporter l'événement, Perrine et son compagnon ont rencontré quelques difficultés au niveau de l'organisation de leur mariage.

"Quand nous avons reporté pour le mois de juillet 2022, le traiteur n'était pas très content. Nous étions mal à l'aise et embêtés. Mais d'un autre côté, nous voulons impérativement le fêter avec toute la famille et dans de bonnes conditions".

La situation devenait progressivement décourageante pour Perrine et son futur mari. Le couple a même failli tout abandonner. "Nous avons préféré annuler le mariage cette année car, nous constatons que la pandémie est toujours bien présente. Avant de reprogrammer pour 2022, nous avons pensé tout annuler et reporter le mariage pour le fêter dans plusieurs années mais, l'espoir a pris le dessus. Nous croisons donc les doigts pour 2022. Le point positif, c'est que notre petite fille sera assez grande pour nous apporter les alliances", conclut Perrine De Wulf .