Vingt-quatre heures après avoir tenté de convaincre en vain le conseil communal d’Ath du bien-fondé de leur projet de ligne à haute tension aérienne (380.000 volts) entre Avelgem et Courcelles, les responsables d’Elia se sont livrés au même exercice devant les mandataires brugelettois.

Ces derniers n’ont pas ménagé leurs efforts pour défendre la Boucle du Hainaut mais sans davantage de succès auprès des conseillers communaux de l’entité voisine réunis dans la salle des Écuries du Parc.

Il faut dire que dans le cadre de ce dossier, les élus locaux avaient déjà pris une position ferme et définitive au cours de la précédente séance. A l’unanimité, les différents groupes politiques siégeant autour de la table avaient remis un avis négatif sur la demande d’Elia portant sur la révision du plan de secteur.

L’exposé et les explications détaillées ainsi que les réponses apportées à leurs interrogations auxquels les mandataires de l’ex-cité sucrière ont eu droit jeudi soir, n’ont pas modifié leur point de vue d’un iota. De quoi réjouir les opposants rassemblés à l’extérieur de la salle de réunion qui ont quand même tenu une dernière fois à montrer leur détermination au gestionnaire du réseau électrique.

« Elia, ton projet on n’en veut pas! », ont scandé à l’unisson ces particuliers et agriculteurs regroupés au sein du collectif Revolht au sein duquel ont décidé d’unir leurs forces de très nombreux citoyens originaires des 14 communes hennuyères repris sur le tracé de cette future liaison électrique de plus de 80km dont la mise en service est censée intervenir à l’horizon 2030.

Dans la mesure où personne ne veut de ce projet parmi la population et ceux qui les administrent, on imagine mal le SPW à qui reviendra le pouvoir de décision finale, aller à contre-courant de ce refus massif des habitants et responsables politiques des différentes communes concernées, lequel s’est traduit par un nombre record de lettres de réclamations qui ont été réceptionnées dans le cadre de l’enquête publique