La présence d’usines Seveso inquiète.

Le MR a interpellé l’échevin Ronny Balcaen au sujet du risque Seveso en centre-ville. L’intervention de Coralie Fontaine fait suite à l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen.

La cité des Géants abrite deux entreprises à risques, à savoir Hoganas ainsi que Flaurea Chemicals (ex-Floridienne), classée Seveso (seuil haut) comme l’était l’usine chimique rouennaise avant l’incendie. "Les riverains de nos usines urbaines sont inquiets et demandent des avancées concrètes", indique la conseillère libérale. Sa formation a demandé qu’une rencontre soit organisée avec les représentants du comité Ath Ville Seveso et des élus. Celle-ci a déjà eu lieu, mais une autre se déroule le 18 novembre, par rapport aux taux de nickel et de cadmium.

Outre la publication des P.-V. des réunions du comité d’accompagnement, le MR souhaite également que soient communiqués les dispositifs prévus en cas d’accident majeur pour permettre une intervention immédiate et une prise en charge globale tout en sachant qu’un exercice Seveso aura lieu en 2020.

"Les dispositifs sont repris dans le plan externe d’urgence géré par les services du gouverneur de la province. Ceux-ci reposent sur un document de 300 pages qui comprend notamment la fiche descriptive de toutes les substances présentes sur le site ainsi que les procédures à suivre en cas de problème majeur", dit Ronny Balcaen.

Concernant la qualité de l’air, l’échevin a précisé qu’une amélioration sensible était observée au niveau des émissions de plomb et de cadmium. "Pour le chrome et le nickel, la situation reste insatisfaisante et doit être améliorée."