A plusieurs reprises déjà, le bourgmestre de la cité de Magritte a interpellé la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, au sujet de la vaccination contre la Covid des personnes travaillant dans le secteur du handicap. "Si ce secteur géré par des structures privées a fait l’objet de l’attention nécessaire, l’enseignement spécialisé géré par la fédération Wallonie-Bruxelles demeure sur la touche. Je regrette de devoir constater l’inexactitude des informations communiquées au personnel concerné", indique Pascal De Handschutter dans un communiqué. 

Aux membres de ce personnel, le maïeur lessinois souligne qu'il a tout d’abord été annoncé une vaccination durant le mois de février, ensuite au mois de mars et enfin, au début du mois d’avril, durant les deux prochaines semaines. "A ce jour, le constat est sans appel : aucune vaccination prioritaire n'a encore été proposée. C’est en tout cas la situation vécue par les travailleurs du home d’accueil permanent de Lessines, l’une des quatre structures de ce type existantes en Wallonie", déplore Pascal De Hanschutter.  

Vu les disparités constatées d’une région à l’autre, d’un centre de vaccination à l’autre, il n’est toutefois pas impossible selon le bourgmestre que l’injustice vécue dans sa ville ne soit pas partagée par d’autres travailleurs dans la même situation.

Pour rappel, ces structures d’accueil rencontrent tant des jeunes accompagnés par le service d’aide à la jeunesse que des jeunes touchés par tout type de handicap. "Qu'ils soient éducateurs, infirmiers ou encore puériculteurs, tous peuvent témoigner de l’impossibilité de respecter les gestes barrières avec ce public", poursuit Pascal De Handschutter.  

Et ce dernier d'ajouter que pour l’administration de la fédération Wallonie-Bruxelles, ces travailleurs sont considérés comme du personnel enseignant. Ceci justifierait ainsi l’absence de priorité réservée à leur niveau pour la vaccination. "Sans ouvrir le débat sur la question de la priorisation de la vaccination pour le personnel enseignant, je perçois une profonde discrimination dans la gestion de la vaccination prioritaire dans le secteur du handicap. En effet, si, à juste titre, le personnel des structures privées s’est vu proposer la vaccination prioritaire, pourquoi ne pas proposer cette possibilité d’y accéder à ces mêmes travailleurs dans des structures organisées par la FWB?", s'interroge l'intéressé. 

En sa qualité de bourgmestre, Pascal De Handschutter estime qu'il est de son devoir de faire appel à la responsabilité des autorités de la santé et de l’enseignement pour apporter une réponse rapide et fiable à ces travailleurs démunis et tenus d’accomplir les gestes professionnels qui enfreignent inévitablement la distance sociale. "Il est urgent que soient vaccinés prioritairement les travailleurs des internats de l’enseignement spécialisé, suivis par les enseignants, éducateurs et personnels des lieux d’enseignement spécialisé comme l’ont été les travailleurs du secteur privé du handicap", conclut-il.