La soirée d'hier a été riche en émotions pour beaucoup de citoyens à travers la Belgique. Pour Tony Moreels, supporter de nos Diables Rouges depuis toujours ainsi que de l'équipe italienne depuis plus de 30 ans, cette rencontre a été assez intense. Selon ce fidèle supporter, les Diables Rouges sont sans aucun doute, d'excellents joueurs tels que Hazard mais ne sont pas assez unis et collectifs sur le terrain. Quant à l'Italie, Tony est en admiration devant leur mentalité et leur jeu rapide. Toutefois, il regrette que l'épique abandonne un peu trop vite lors d'éventuels matchs.
 
Beaucoup de personnes peuvent mal interpréter le choix de Tony. Comment un citoyen pur belge peut-il soutenir un autre pays lors d'un tournoi aussi important que l'Euro de Football ? Ce supporter a ses raisons et ne les cache pas.

"Bien entendu, j'ai déjà eu des remarques en lien avec ma passion pour ces deux équipes. D'ailleurs, on me demande souvent pourquoi je supporte une équipe italienne alors que je ne suis pas de la même nationalité. Je suis Belge avant tout et j'aime ces deux pays qui ont simplement une excellente mentalité et de merveilleux joueurs", déclare Tony Moreels.
 
Hier, lors du match qui affrontait la Belgique face à l'Italie en quart de finale, tout le monde restait scotché devant son écran pour connaître les heureux gagnants. Pour Tony, ses émotions étaient entre deux eaux.
 
"A l'occasion de ce match, j'étais nerveux mais confiant. Il faut dire que l'Italie fait pour l'instant un tournoi plus que parfait. Durant ce match, le jeu des Italiens était impressionnant et la composition avait très bien été menée par l'entraîneur de l'équipe. En ce qui concerne les Diables Rouges, ils ont perdu à plusieurs reprises la balle et ont raté de nombreuses occasions".  
 
Au terme de ce match rempli de suspense, Tony a à la fois fêté une victoire tout en étant déçu que son fidèle pays soit disqualifié du tournoi. Heureux de leur parcours, il est évident que les Italiens étaient nettement plus forts. Mais comme dans toute compétition sportive, il faut célébrer un gagnant et pleurer un perdant...