Pays Vert

Selon l’asbl Animaux en Péril, la pauvre bête appartiendrait à l’éleveur d’Ogy déjà condamné par la justice pour des actes de maltraitance

C’est de nouveau l’indignation parmi les associations de protection animale après la découverte, dimanche soir, dans une prairie lessinoise, d’un cheval squelettique sur le point de rendre l’âme.

Selon les responsables de l’asbl Animaux en Péril alertés par plusieurs refuges dont le plus proche, celui des Collines (Opale), la pauvre bête serait la propriété de Pascal D., cet éleveur d’Ogy déjà condamné à de multiples reprises par la justice pour des actes de maltraitance mais qui, à ce stade, est toujours autorisé à détenir des animaux. Pour rappel, une saisie record d’une cinquantaine de chevaux martyrisés avait été effectuée chez ce marchand de bestiaux en 2016 par l’asbl Animaux en Péril. Celle-ci s’est constituée partie civile dans le cadre du procès qui doit s’ouvrir prochainement devant le tribunal correctionnel de Tournai.

Le bourgmestre de Lessines étant injoignable, tout comme la cellule du bien-être animal de la Région Wallonne (UBEA), la police locale n’a pas été en mesure de saisir ce cheval agonisant tandis que le vétérinaire présent sur place n’a pas pu l’euthanasier sans avoir eu préalablement le feu vert des autorités compétentes.

Au petit matin, le cheval avait disparu!

Voici trois jours, une riveraine a déposé plainte auprès du bourgmestre de la cité de Magritte pour un autre cheval très mal en point et appartenant toujours au même individu. Pascal De Handschutter lui aurait déclaré qu’il ne pouvait rien faire sans un rapport de police circonstancié ou d’un vétérinaire faisant état d’une maltraitance. “Les rapports qui me sont parvenus jusqu’à présent ne me permettent pas d’ordonner une saisie”, indique l’homme fort de la ville de Lessines.