La date du vendredi 13 mai restera à jamais gravée dans l'esprit de Léa (prénom d'emprunt). Aux alentours de 17h20, la jeune fille de 19 ans s'est rendue comme à l'accoutumée à la gare d'Ath pour prendre son train. A l'avance, elle décide de retourner sur ses pas et emprunte donc le Square des Locomotives. C'est alors qu'une Mercedes noire est arrivée à toute allure et s'est arrêtée à sa hauteur. Deux hommes sont sortis et ont tenté de la faire monter de force dans le véhicule.

"Un des individus s'est placé derrière en la maintenant par les cheveux", déclare la maman de la jeune fille. Par peur, Léa a crié et a violemment été jetée sur le bas-côté. Aucun propos n'a été prononcé par les agresseurs. Après avoir repris ses esprits, la victime a pu constater que quelques personnes se trouvaient un peu plus loin du lieu de l'agression. Aujourd'hui, elle recherche d'éventuels témoins.

"On ne va pas se voiler la face, cela va aboutir à rien"

"Nous ne comptons pas porter plainte. On ne va pas se voiler la face, cela va aboutir à rien surtout que nous possédons peu d'éléments. Un des hommes mesurait environ 1m70 ou 1m80, avait le crâne rasé, était vêtu de noir et portait des lunettes de soleil. La seule chose que nous savons, c'est que cette voiture avait préalablement été repérée dans les alentours", poursuit la maman de la victime. Désormais, Léa reste choquée par cette agression et appréhende de se balader seule. "En tant que parent, on vit dans la peur que cela se reproduise".

Récemment, la Cité des Géants a investi dans des caméras de surveillance, situées notamment sur la Grand-Place (deux fixes) ou encore sur le quai de la gare afin de garantir davantage la sécurité des citoyens ainsi que de la police. Par ailleurs, aucune caméra n'est installée au niveau du Square des Locomotives. "Pour l'instant, il n'y a pas de discussion d'extension", conclut la Ville d'Ath.