Ce qui devait être pour lui un plaisir de déguster une friandise s’est transformé en cauchemar pour un petit Athois de 2 ans

Immonde! Il n’y a pas d’autre adjectif pour évoquer la mésaventure alimentaire dont a été victime ce mercredi après-midi, à Huissignies (Chièvres), un petit garçon d’à peine deux ans. Alors que son jeune tonton partageait avec lui un biscuit B-ready de la marque Nutella acheté dans les rayons d’une grande surface, le bambin s’est mis à faire la grimace, avant d'accomplir de gros efforts pour expulser ce qu’il avait dans sa bouche.

“Surprise car c’est un grand gourmand, sa mamie lui a directement tendu un mouchoir pour qu’il recrache ce qui était censé être un morceau de biscuit. Une odeur s’apparentant à celle de la mort se dégageait de sa bouche. A l'intérieur du mouchoir se trouvait quelque chose de couleur noire. Ma belle-mère est devenue toute blanche après avoir compris qu’il s’agissait d’une tête de souris”, témoigne sa maman, horrifiée et encore sous le choc, sur sa page Facebook.

Domiciliée à Ath, cette dernière, Laure Delhaye, n’en revient toujours pas et est folle de rage qu’une chose aussi répugnante soit arrivée à son fils Ayden qui soufflera ses deux printemps dans quelques jours.

“C’est une honte, pour ne pas dire un scandale! Avec toutes les normes sanitaires en vigueur et les contrôles, il est inadmissible que cela puisse se produire. Ce qui devait être à la base un plaisir pour lui de manger un biscuit au chocolat s’est transformé en un véritable cauchemar”, s’indigne sa maman.

© D.R.

Même si le plus important est qu’il soit hors de danger, la mère de l’enfant a quand même tenu à contacter son pédiatre ainsi que son médecin traitant pour avoir tous ses apaisements et vérifier auprès d’eux si un traitement médicamenteux devait lui être ou non administré. Cela n’a pas été nécessaire dans la mesure où Ayden n’a pas avalé la tête du petit rongeur dont les dents étaient encore visibles.

Une chose est sûre, cette maman abasourdie ne compte pas en rester là et envisage de dénoncer les faits auprès de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) tout en alertant Test-Achat. “Je n’en veux pas à l’enseigne qui a commercialisé ce produit mais bien au fabricant”, insiste-t-elle.

Inutile de dire que cette affaire pour le moins surréaliste continue à susciter un vif émoi et de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux.

La réaction de Ferrero: “Il est très peu probable que cela vienne de notre chaîne de production !”

Dans la foulée de l’article publié sur notre site, nous avons réussi à joindre la direction de Ferrero. Et force est de constater que l’événement surprend beaucoup. “Nous avons pris contact avec les parents du petit garçon, et ils nous ont expliqué leur histoire. Nous avons déjà pris les numéros de série du produit, ainsi que le lieu où il a été acheté et la date, nous indique-t-on. Nous allons également aller chercher le biscuit en question et le paquet pour mener des analyses en laboratoires. Ce qu’il se passe est évidemment très surprenant, mais il est très peu probable que cela vienne de notre chaîne de production.

Mais comment une souris aurait-elle pu arriver à l’intérieur d’un biscuit si ce n’est pas dans la chaîne de production ? “Nous nous posons évidemment la même question et il ne faut encore rien exclure. Mais ce que nous pouvons dire, c’est que tout est très contrôlé du début à la fin. Tous les paquets sont scannés, pesés et analysés pour repérer le moindre corps étranger. Pour le Nutella présent dans certains produits dérivés, il est toujours filtré.

Le mystère reste donc entier à l’heure actuelle. “Quand nos produits quittent nos usines, nous n’avons pas le pouvoir de savoir ce qu’il se passe durant le transport, dans les magasins et chez les consommateurs. Nous ne remettons pas en doute le témoignage de cette famille, mais selon notre expérience, il est presque impossible que cela arrive. En tout cas, ce n’est jamais arrivé, surtout pour quelque chose d’aussi gros.