Pays Vert La chef de file du groupe Liste athoise sollicite un rapport sur les nuisances et les pollutions qui en résultent.

Lors du dernier conseil communal, les risques liés à la présence d’usines Seveso aux portes de la cité des Géants sont revenus sur la table. L’incendie survenu récemment à Rouen sur un site industriel stockant des produits chimiques a ravivé certaines craintes.

Coralie Fontaine (MR) n’est pas la seule à être intervenue dans ce débat brûlant d’actualité. La porte-parole de l’opposition a également tenu à interpeller Jessica Willocq et Ronny Balcaen, les deux échevins Écolo respectivement en charge de la promotion de la santé et de la qualité de l’air.

"Nous comprenons le bien-fondé de ces deux usines en matière d’emplois mais nous voulons être rassurés quant à l’absence de nuisances pour la population athoise mais aussi en ce qui concerne la pollution de l’air, du sol et de l’eau. Comme à Rouen, ces usines ne sont pas à l’abri d’un incident majeur" , confie Pascale Nouls (Liste athoise).

Pour cette dernière , il est temps que les échevins ayant dans leurs attributions ces matières délicates produisent un rapport objectif pour les Athois.

"L’idée d’un doctorant impartial n’a toujours pas fait son chemin alors qu’il s’agit d’une démarche peu onéreuse. Par ailleurs, la promotion du système Be-Alert au sein de la population n’a pas encore eu lieu, contrairement à la Ville de Tournai qui a récemment testé en direct un exercice catastrophe."

Pour rappel, Ronny Balcaen a notamment confirmé qu’un exercice Seveso multidisciplinaire était programmé en 2020. Celui-ci visera à tester les procédures avec le concours de tous les acteurs de terrain.

"Des exercices sont organisés au minimum une fois tous les trois ans tandis que des campagnes d’information se déroulent au moins une fois tous les cinq ans. Enfin, on procède au test des sirènes Seveso une fois tous les trimestres" , rappelle l’échevin compétent.