Le chef de la zone de police Sylle et Dendre dresse un bilan positif de l’année écoulée.

En fonction depuis seulement cinq mois, le nouveau chef de la zone de police Sylle et Dendre a présenté les axes prioritaires du plan zonal de sécurité 2020-2025.

Les nuisances et incivilités en font partie, de même que les différends familiaux avec violences, les stupéfiants, la criminalité informatique, les vols par ruse, le bien-être animal, sans oublier les cambriolages et les accidents de roulage.

À la tête d’une nonantaine de policiers répartis sur une superficie de 290 km2 qui couvre six communes, Thierry Dierick a fourni les derniers chiffres de l’année écoulée en commençant par les vols qualifiés dans les habitations.

" Depuis 2011, la tendance est à la baisse sur l’ensemble de la zone. En 2019, nous sommes descendus sous la barre des 200 faits (190) dont 63 se sont soldés par une tentative contre 217 l’année précédente", commente le chef de corps.

Avec 66 délits de ce type commis sur son territoire, la commune de Jurbise devance Enghien (44) tandis que Silly arrive en 3e position avec 40 faits alors que les forces de l’ordre en avaient recensé 63 en 2018.

Sortie de l’A8

"Les missions de prévention ainsi que le travail entrepris avec les PLP portent leurs fruits", se réjouit Thierry Dierick. Le bourgmestre considère néanmoins que le nombre de violations de domicile perpétrées dans sa commune demeure encore trop élevé.

À l’instar du commissaire, Christian Leclercq (MR/LB) en impute la cause à la proximité du réseau autoroutier. D’où sa demande de réinstaurer à la sortie de l’A8 les opérations policières de nuit d’il y a quelques années, lesquelles avaient permis d’arrêter plusieurs bandes itinérantes sévissant à l’époque sur Silly.

En matière de sécurité routière, le nombre d’accidents avec lésions corporelles est également en net recul : 93 contre 321 en 2017.

Sur Silly, 17 accidents sont survenus en 2019 (contre 22 en 2018), coûtant la vie à trois ersonnes dont deux le 1er décembre dernier dans la traversée de Hoves.

Les deux axes les plus problématiques restent la N7 et la N56.

Bruno Deheneffe