Tournai-Ath-Mouscron Le député wallon Luc Van der Stichelen a interrogé le ministre Di Antonio.

D’Irchonwelz à Grandglise, les riverains de la RN 527 font part de plus en plus de leur désarroi par rapport au charroi lourd transitant par cette route et aussi concernant la vitesse.

Le député wallon Luc Van der Stichelen (PS) s’est adressé récemment à travers une question orale au ministre Di Antonio. "Les riverains de la RN527 attendent depuis plusieurs mois des réponses claires de votre part afin de mettre fin à leur calvaire", a dit le député. "Si depuis le 17 septembre, vous avez signifié le refus de dévier les poids lourds supérieurs à 15 tonnes par l’itinéraire alternatif proposé par le bourgmestre de Belœil, faute de consensus avec les autorités de Leuze, différentes promesses susceptibles d’améliorer le quotidien de ces riverains restent en suspens."

Luc Van der Stichelen a fait état d’une réponse du SPW au courrier d’un riverain indiquant que les travaux de réparation de la voirie devraient débuter au printemps. "La promesse est-elle toujours d’actualité ?"

Le député basèclois a encore demandé s’il était possible d’aboutir "à une harmonisation à la baisse et à une cohérence entre les limitations de vitesse sur ce tronçon et sur la N50, où la signalisation n’a aujourd’hui ni queue ni tête et où les camions sont lancés à parfois près de 100 km/h sur une chaussée où les trottoirs n’offrent même pas un mètre de recul par rapport aux habitations."

Enfin, il s’est interrogé sur les pistes cyclables. "Les pistes cyclables de la RN 527, si elles peuvent encore être dénommées ainsi, auront-elles droit à une réhabilitation ? "

Dans sa réponse, le ministre a rappelé que la réfection des tronçons les plus urgents de la N527 a fait l’objet d’une ouverture d’offres de marché public fin novembre 2018.

"La procédure d’engagement budgétaire suit son cours. Les zones reprises concernent une portion de la rue de la Station à Grandglise et le carrefour avec la N526 à Ellignies-Sainte-Anne. Ces travaux pourraient débuter au printemps. La réfection des autres tronçons problématiques, notamment au nord d’Ellignies, est répertoriée comme un besoin dans le cadre de la confection du plan Infrastructures 2019-2024. "

Le ministre Di Antonio s’est aussi attardé sur le dossier des radars. "Les problèmes de vitesse relèvent plus des comportements inciviques des usagers que d’une inadéquation entre le bâti et les limitations mises en place. C’est pourquoi l’installation d’un radar ponctuel et d’un radar tronçon a été préconisée, en plus des contrôles spécifiques effectués par la zone de police locale. Les préparatifs pour l’installation sont en cours. Une visite de terrain doit encore être effectuée pour le radar ponctuel. Les deux systèmes devraient être installés dans un délai d’environ six mois. "

Concernant les pistes cyclables, un programme spécifique d’entretien sera mis en œuvre dès ce printemps, notamment au niveau des marquages, a précisé le ministre.