La consultation en ligne continue jusqu’au 5 juillet inclus. Rendez-vous sur www.propretecommunale-monavis.be  Améliorer la propreté publique est une priorité pour la Ville qui s’est lancée dans l’élaboration d’un Plan Local de Propreté publique, en collaboration avec Espace Environnement asbl et RDC Environnement.

L’objectif de ce projet est de définir et de mettre en œuvre des actions concertées et coordonnées pour lutter, à l’échelle de l’entité, contre les déchets sauvages et les dépôts clandestins.

"Ces actions impliquent toutes les parties prenantes concernées par cette problématique (services communaux, écoles, associations, commerces et citoyens). Elles s’appuient sur un plan d’échantillonnage qui permet d’évaluer l’état de la propreté en ville et dans les villages, et analyse les types de déchets rencontrés. Le plan d’actions s’appuiera autant sur les axes de prévention, de nettoyage que de répression.Du 18 au 31 mai, une plateforme web de participation ouverte à tous a été lancée pour que chaque habitant de l’entité puisse donner sa perception de la propreté publique en ville et dans les villages", explique Christophe Lison, du service communication de la Ville.

Les participants interrogés à l’occasion de cette campagne sur la malpropreté ont été interrogés sur 3 points : la perception de la propreté en fonction des types de lieux les plus touchés et des signes de malpropreté qui dérangent le plus ; la localisation des points noirs par type de lieux et leurs causes identifiées (suivant la typologie définie dans le plan d’échantillonnage de la mesure quantitative de la propreté publique) et les principales nuisances et causes identifiées classées par occurrence sur base de l’analyse du contenu des points noirs proposés.

" On retrouve parmi les incivilités qui dérangent le plus les déchets sauvages le long des voiries, des chemins et des sentiers, les déjections canines, les mégots et les poubelles débordantes.Celles observées diffèrent légèrement puisqu’on retrouve en tête des incivilités constatées les déchets diffus de type canettes, emballages de nourriture, les dépôts clandestins et les déjections animales et humaines. Les parcs et espaces verts ainsi que les abords des bulles à verre et à textile sont également pointés du doigt par les contributeurs. Indépendamment des typologies de lieu, pour les contributeurs, la malpropreté en ville et dans les quartiers et villages est principalement due à l’incivilité et le manque de sanction/répression. Les endroits peu fréquentés ou isolés sont propices, selon les participants, aux dépôts sauvages.A noter enfin un problème localisé dans le bassin carrier (Vaulx, Gaurain) dû à l’absence de bâchage des camions transporteurs. "

Il se dégage quatre problématiques prioritaires à la malpropreté en ville et dans les villages de l’entité tournaisienne : l’incivilité ; le manque de sanction/répression ; le manque de poubelles publiques lié aux nombreuses poubelles débordantes et le manque d’équipements prévus pour la déjection canine

Jusqu’au 5 juillet, la plateforme web de participation est rouverte à tous pour que les citoyens puissent donner leur avis et partager leurs idées concernant ces quatre problématiques. Pour cela, il suffit de vous connecter sur le site www.propretecommunale-monavis.be

"Vos contributions seront recensées et prises en considération pour finaliser le Plan Local de Propreté de la Ville de Tournai après l’été, puis le mettre progressivement en œuvre, avec le soutien de tous".