En avril dernier, comme d'autres communes bordées par l'Escaut, la Ville de Tournai a connu une grande catastrophe écologique. En effet, suite à la rupture d'une digue d'une société sucrière française, de l'eau chargée en dioxyde de carbone s'est déversée dans l'Escaut, provoquant la mort de milliers de poissons par manque d'oxygène.
Face à cette situation le bourgmestre de la cité des Cinq Clochers, Paul-Olivier Delannois, a interpellé Charles Michel, président du Conseil Européen. Son secrétariat général y a dernièrement répondu en expliquant que ce problème ne relève pas de la compétence du Conseil européen, ni du Conseil de l'Union européenne.

"L'Union européenne a instauré, depuis les années 80, un cadre réglementaire pour la protection des eaux qui vise entre autres à prévenir et à réduire la pollution, y compris à travers le développement de plans de gestion par district hydrographique, qu'il soit national ou internation, signale le secrétariat général. Le contrôle de la mise en œuvre de cette réglementation revient à la Commission. Par conséquent, il pourrait être utile de contacter les autorités compétentes et/ou la Commission."

Cela n'est ainsi pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Paul-Olivier Delannois a déjà affirmé qu'il allait interpeller la Commission européenne.