Hier matin a eu lieu la première réunion de coordination des villes de Tournai, Rumes, Antoing et Brunehaut concernant l’accueil des réfugiés ukrainiens. Les Bourgmestres et les Présidents de CPAS de ces villes respectives ainsi que leurs services se sont rencontrés afin de se coordonner et de parler d’une voie commune afin de faire face à l’arrivée des réfugiés ukrainiens.

La mise en place de cette réunion part du constat que chacune de ces communes sont confrontées aux mêmes difficultés: la sélection des logements. C’est pour cette raison qu’une coordination est nécessaire et primordiale afin de réagir de la manière la plus efficace possible.

Lors de cette réunion, plusieurs points ont été abordés notamment la procédure d’accueil et de vérification des logements proposés par les citoyens solidaires de Wallonie Picarde. Ce contrôle des lieux permettra d'éviter des sitiuations comme celle survenue ce week-end. Pour rappel, La Ville de Tournai avait reçu des informations comme quoi certains ressortissants ukrainiens hébergés dans un immeuble de la rue du Quesnoy à Tournai, l’étaient dans des conditions douteuses. Sur place, la police avait découvert neuf personnes, dont un enfant, accueillis dans des conditions déplorables.

Plafond tombé, verrière cassée et recouverte d’une bâche trouée, sanitaires inutilisables, cuisine de fortune, absence de chauffage central… " L’immeuble ne répondait évidemment pas aux critères de salubrité et de sécurité minimaux pour héberger dignement ces occupants", avait indiqué Paul-Olivier Delannois. "J’ai alors activé mon service juridique pour tenter d’empêcher ce trafic. En effet, au moment où les services de police quittaient les lieux, ils ont constaté que deux nouveaux ressortissants arrivaient en voiture à cette même adresse pour s’y installer et que vraisemblablement, cinq autres personnes étaient en route pour s’y installer également". Le propriétaire effectuait lui-même les déplacements jusqu’en Ukraine pour rapatrier les réfugiés. Pour mettre fin à cette pratique, Paul-Olivier Delannois a pris, vendredi soir en urgence, un arrêté qui interdit " immédiatement l’hébergement de ressortissants ukrainiens ou toute autre personne au sein de l’immeuble".

De ce fait, les ressortissants ont été pris en charge par la commune; ils sont hébergés temporairement dans des gîtes.